​Interview : les problèmes mondiaux nécessitent une collaboration mondiale, selon un universitaire britannique
CGTN 2022-06-16 16:26:38

Il est important pour les scientifiques de différents pays de travailler ensemble sur les grands problèmes mondiaux, a déclaré mercredi à Xinhua un universitaire britannique de première place dans une interview exclusive.

"Je suis un scientifique", a déclaré le professeur Andy Schofield, vice-président de l'université de Lancaster, "et je vais croire en l'idée que le talent et les réalisations scientifiques ne se limitent pas aux frontières des nations, et que nous avons tendance à faire mieux en rassemblant les gens, en les combinant et en collaborant."

"Je pense que les défis auxquels nous sommes confrontés, nous devrons les affronter ensemble. Je ne pense pas qu'un seul pays produira la solution à un approvisionnement durable en énergie, une source alimentaire durable qui permet à la population de prospérer, et de le faire d'une manière qui ne cause pas de perturbations ailleurs sur la planète. Je suis optimiste que la science puisse fournir certaines de ces réponses. Mais ce ne sera pas facile ", a-t-il déclaré.

La coopération internationale est non seulement importante, mais nécessaire, a-t-il déclaré, citant la pandémie de COVID-19 comme un exemple de collaboration mondiale.

Il a également cité le changement climatique comme probablement le plus grand défi auquel le monde est confronté.

"Le changement climatique est un risque encore plus grand pour nous. C'est un (risque) plus lent, nous ne voyons pas les mêmes dangers et risques que nous avons vus dans la pandémie, durant laquelle tragiquement, nous avons vu des vies perdues immédiatement, mais les risques sont plus élevés", a-t-il déclaré. "Le défi de la façon dont nous nous développons en tant que planète, et de le faire de manière durable, est un défi qu'aucun pays ne peut résoudre seul."

Commentant les perspectives de collaboration académique entre les universités britanniques et chinoises, Schofield s'est dit optimiste.

"Ce que nous faisons dans les universités consiste à construire des ponts, pas à construire des murs", a déclaré Schofield. "Il s'agit de s'assurer que nous n'avons pas peur de poser des questions difficiles et de les poser dans le cadre d'une enquête scientifique et ouverte pour trouver les meilleures réponses sur la façon dont nous allons progresser en tant que planète."

(Source : Xinhua / Photo : VCG)

Articles les plus lus