La coopération internationale dans le domaine de la micro finance contribue à la lutte contre la pauvreté dans le village de Taiyi au Yunnan-French

La coopération internationale dans le domaine de la micro finance contribue à la lutte contre la pauvreté dans le village de Taiyi au Yunnan

2017-12-28 19:07:43
Comment
Share
Share this with Close
Messenger Messenger Pinterest LinkedIn WeChat

La coopération internationale dans le domaine de la micro finance contribue à la lutte contre la pauvreté dans le village de Taiyi au Yunnan

Réunion avec les paysannes du village Taiyi sous la direction du Bangladesh Hu Mayun (Photographe : Tai Linzhen)

Deux heures de route dans les montagnes, au départ de la ville de Dali dans la province du Yunnan et nous arrivons au village de Taiyi. C’est un village tranquille et reculé où habite une minorité ethnique chinoise, les Yi. Avec ses conditions naturelles et ses infrastructures de transport, ce lieu était l’un des cinq villages les plus pauvres du bourg Taiyi. Pour fournir une assistance ciblée aux démunis, la banque commerciale Fudian de la province du Yunnan a collaboré avec la banque du Bangladesh Grameen en mai 2016 et a attribué un projet de crédit Fudian- Grameen au village de Taiyi. Une somme de 20 000 yuans a été allouée aux femmes mariées pauvres du village. Ce prêt à faible taux d’intérêt ou sans intérêt leur donne l’opportunité de se lancer dans des activités pour aider leur famille à sortir de la pauvreté.

La coopération internationale dans le domaine de la micro finance contribue à la lutte contre la pauvreté dans le village de Taiyi au Yunnan

La cour de la maison de Mme Li Xuemei (Photographe : Tai Linzhen)

Mme Li Xuemei avec un certain talent pour la broderie fait partie des premières femmes Yi à avoir reçu le prêt. Dans la cour de sa maison, Mme Li fait des habits traditionnels de l’ethnie Yi et s’occupe en même temps de son petit-fils qui a plus d’un an. Selon elle, les habits de mariage colorés et décorés et les habits de fête pour femmes sont les plus demandés.

« L’année dernière J’ai emprunté 20 000 yuans au projet de crédit Fudian- Grameen. Je voulais avoir mon propre atelier de broderie, c’était difficile. Car je n’avais plus de place à la maison pour mettre tous mon matériel. Avec cet argent, j’ai déjà fait construire mon atelier que je compte décorer après.»

Mme Li Xuemei nous explique qu’elle doit rembourser 400 yuans chaque semaine à la banque et que le prêt sera remboursé en 50 semaines. 400 yuans chaque semaine ne lui donne pas de pression. Aujourd’hui, on lui a commandé encore trois habits traditionnels. Un habit coûte plus de 500 yuans. Auparavant, elle avait seulement besoin de trois jours pour faire un habit mais maintenant avec son âge, elle doit encore s’occuper de son petit-fils. Elle doit donc encore travailler la nuit. Avec les commandes, Mme Li Xuemei a besoin d’apprentis :

« Je peux coudre de grandes taille, mais pour les petites, je n’y arrive plus. Je dois transmettre mon savoir-faire en art de la broderie. J’ai invité ma belle-fille, et ma nièce à m’aider et nous sommes maintenant au nombre de quatre ou cinq. C’est un bon projet de crédit et je l’ai présenté à beaucoup de gens qui y croient maintenant. J’ai déjà fait un prêt et je compte en emprunter encore en cas de besoin ! »

La coopération internationale dans le domaine de la micro finance contribue à la lutte contre la pauvreté dans le village de Taiyi au Yunnan

La broderie de Mme Li Xuemei (Photographe : Tai Linzhen)


12MoreTotal 2 pagesNext

Partager

Articles les plus lus