Aimer Beijing - l’axe central de Beijing, épine dorsale culturelle de l’ancienne capitale du millénaire

RCI 2018-11-29 14:14:45
Comment
Share
Share this with Close
Messenger Messenger Pinterest LinkedIn WeChat

Aimer Beijing - l’axe central de Beijing, épine dorsale culturelle de l’ancienne capitale du millénaire


Beijing est la capitale et le centre culturel de la Chine. L’ancienne capitale du millénaire tire son origine culturelle dans l’axe central d’une longueur de 7,8 kilomètres. Cet axe central est l’axe urbain le plus long et le mieux conservé au monde et l’un des plus prestigieux designs urbains tout au long de l’histoire mondiale de la construction urbaine. Aujourd’hui, il est devenu l’épine dorsale culturelle de la ville de Beijing et l’itinéraire obligatoire pour les voyageurs chinois et étrangers.

Depuis les dynasties des Yuan, Ming et Qing, l’axe central de Beijing, témoin des vicissitudes de Beijing, est un axe de symétrie qui enfile la porte de Yongding jusqu’aux tours de la Cloche et du Tambour en réunissant autour de lui bon nombre d’édifices impériaux. Le succès des Jeux olympiques de Beijing en 2008 a permis d’étendre l’axe central vers le nord avec le Stade national (Nid d’oiseaux) à l’est, le Centre national de natation (Cube de l’eau) à l’ouest et le Parc forestier olympique à l’extrême nord. L’axe central de Beijing adopte des concepts antiques chinois et joue un rôle de premier plan dans l’espace urbain traditionnel et l’ordre fonctionnel tout en reflétant la doctrine du «juste milieu» qui incarne la hiérarchie sociale de la Chine antique, le système patriarcal et la culture traditionnelle, tout cela rend la ville de Beijing plus attrayante que d’autres villes du monde.

A présent, l’axe central de Beijing attire un grand nombre de touristes chinois et étrangers. Ce qui distingue cet axe central, c’est avant tout la beauté de la porte de Yongding qui était, dans les dynasties des Ming et Qing, la porte centrale à l’extérieur de la ville de Beijing où s’entrecroisent les anciens bâtiments, les temples impériaux et les espaces verts. Situé au centre de cet axe central, le Palais impérial est l’un des cinq grands palais du monde et des sites du patrimoine mondial. Il faut monter jusqu’au pavillon Wanchun dans le parc Jingshan pour apprécier la vue complète du Palais impérial. Le sommet de la colline de Jingshan, le point le plus élevé du centre-ville de Beijing, nous permet d’apprécier une disposition alignée et symétrique, d’admirer les bâtiments impériaux resplendissants, de regarder de loin la tour du Tambour au nord et d’adopter une vue plongeante sur l’axe central de Beijing. Utilisée pour donner l’heure sous les dynasties Yuan, Ming et Qing, la tour du Tambour a aussi joué un rôle important. Dans l’histoire de la construction des tours de la Cloche et du Tambour, les tours de la Cloche et du Tambour de Beijing sont les plus grands et le plus en forme qui ont témoigné les bâtiments importants au cours d’un siècle passé. Depuis la construction du Parc olympique, l’axe central de Beijing se dote d’une toute nouvelle signification dans une nouvelle époque. Le Nid d’oiseaux de forme ronde et la Cube d’eau de forme carrée se complètent mutuellement, ce qui met pleinement en valeur une idée ancienne chinoise: le Ciel est rond et la Terre carré.

En été 2017, Yury Tavrovskiy, sinologue russe et professeur à l’Université russe de l’Amitié des Peuples, a visité l’axe central de Beijing et dit qu’il n’avait pas l’occasion de parcourir cet axe au cours de ses 30 dernières visites en Chine. Selon lui, l’intégration entre les architectures traditionnelles et modernes recèle l’essence de la culture chinoise. A présent, Beijing qui abrite 7 sites du patrimoine mondial est l’une des villes comptant le plus de biens inscrits au patrimoine mondial, alors que l’axe central de Beijing, épine dorsale culturelle de la ville de Beijing, a été inscrit dans la «liste préliminaire du Patrimoine mondial en Chine» par le Bureau d’Etat des vestiges culturels en 2012. Ces dernières années, Beijing a renforcé la réparation et la conservation des quartiers culturels et historiques le long de l’axe central de Beijing, par exemple, la réparation de la porte Yongding et la protection de l’environnement aux alentours de la Tour du Tambour et de Shichahai. Le nouveau visage de l’axe central de Beijing s’apparaît avec l’accomplissement des travaux de réparation.

Liang Sicheng, célèbre architecte chinois, a fait l’éloge de l’axe central de Beijing: «Le bon ordre de Beijing commence par cet axe central dont la grandeur est représentée par son envergure». L’axe central de Beijing renferme des valeurs culturelle et historique et représente la confiance culturelle de la capitale chinoise. Dans un proche avenir, ce magnifique axe central deviendra une belle carte d’identité de la Chine.

Partager

Articles les plus lus