Coopération sino-européenne : un cas précieux sous les nuages d’une guerre commerciale

2018-06-25 23:44:50
Comment
Share
Share this with Close
Messenger Messenger Pinterest LinkedIn WeChat

La Chine et l’Union européenne se sont réunies le 25 juin à Beijing dans le cadre de la 7e édition du Dialogue économique et commercial de haut niveau, co-présidée par le vice-premier ministre chinois Liu He et Jyrki Katainen, vice-président de la Commission européenne.

 

Des rencontres qui ont eu lieu sur fond de craintes de guerre commerciale. Alors que Chinois et Européens subissant le matraquage fiscal des Etats-Unis se voient dans l’obligation de prendre des contre-mesures. La mondialisation économique, c’est de nouveau devenu leur cri du cœur. Sur un autre plan, plusieurs anniversaires importants seront célébrés cette année : les 40 ans de la réforme et de l’ouverture de Chine, les 15 ans du partenariat stratégique global Chine-UE et les 20 ans du mécanisme de rencontre de dirigeants chinois et européens. Il est naturel que ce 7e dialogue contribuera à élargir la coopération sino-européenne.   

De nombreux résultats ont été obtenus à l’issue de ce dialogue pour répondre aux attentes des populations et de la communauté internationale.

 

Chinois et Européens sont d’accord pour s’opposer fermement à l’unilatéralisme et au protectionnisme. Ils se sont engagés à sauvegarder le régime commercial multipartite établi autour de l’Organisation mondiale du Commerce et sur la base des règles communes, afin d’améliorer l’administration de l’économie mondiale.

 La Chine et l’UE sont aujourd’hui réellement mises au pied du mur. La Chine attend de voir les droits douaniers augmentés pour ses exportations d’une valeur totale de 250 milliards de dollars. Quant à l’UE, Washington a déjà revu à la hausse les droits douaniers de ses produits d’acier et d’aluminium depuis fin mai, et menace encore d’augmenter de 20% les droits pour les automobiles. L’Europe n’a d’autre choix que de riposter, a lancé Jyrki Katainen. La Chine, elle aussi s’est mise prête à prendre des contre-mesures.

Initiatrices et bénéficiaires de la mondialisation, la Chine et l’UE n’opteront pas volontiers pour une guerre commerciale. Elles n’hésiteraient pourtant pas à se défendre, si leurs intérêts essentiels sont menacés. Représentant à deux 40% de l’économie mondiale, la Chine et l’UE parlent aujourd’hui d’une seule voix et ne peuvent que rehausser le moral des forces contre l’unilatéralisme et le protectionnisme, et contribuer à stabiliser le paysage international souffrant d’agitations et d’incertitude.

L’UE reste actuellement le premier partenaire commercial de la Chine. Les chiffres de la douane chinoise établissent le volume des échanges commerciaux entre les deux parties en 2017 à 616, 92 milliards de dollars.

 

Selon le dernier rapport de la Chambre de commerce de l’UE en Chine, 66% des entreprises européennes en Chine ont vu leurs revenus augmenter en 2017 par rapport à l’an précédent, 61% des entreprises affirmaient être optimistes quant à leur croissance en Chine, soit 6% de plus par rapport à 2016. Le rapport attribue ces résultats satisfaisants à plusieurs éléments : la maturité du marché chinois, une meilleure protection des droits de propriété intellectuelle, l’accroissement de la demande pour les produits et services de qualité, l’amélioration de l’attractivité de la Chine en termes de recherche et de développement.

 

Les industriels européens ont vu la longue liste des acquis de ce dialogue de haut niveau…Les dirigeants ont décidé de promouvoir la connectivité entre l’initiative de la Ceinture et la Route et la stratégie de développement de l’Europe, de renforcer la coopération dans les domaines de l’économie numérique, du changement climatique, des finances, de l’agriculture et de l’économie du recyclage, d’échanger les offres de prix pour les accords d’investissements lors des 20e Rencontres des dirigeants sino-européens. De nouvelles opportunités pour les industriels chinois et européens, qui ne manqueront pas de resserrer les liens commerciaux entre la Chine et l’UE tout en les rendre plus équilibres et plus résistants aux frappes venant de l’extérieur.

En même temps que les relations transatlantiques sombrent dans une récession historique, la Chine et l’UE sont en train de bâtir une relation de coopération exemplaire marquée par la tolérance, le partage d’expériences et la recherche des résultats mutuellement bénéfiques. Qu’en diraient les politiciens de Washington qui ne pensent qu’à l’Amérique d’abord ? C’est pourtant eux-mêmes avec leur mentalité de l’affrontement de la somme nulle et en brandissant le bâton du protectionnisme qui ont poussé les Etats-Unis dans un isolement sans précédent.

Les Etats-Unis ont créé un curieux jeu de “1 contre X”…En se retirant de l’Accord de Paris sur les Changements climatiques, ils ont obtenu « 1 contre 195 » ; De l’accord nucléaire avec l’Iran, « 1 contre 5 » ; Du Conseil des Nations Unies pour les Droits de l’Homme, « 1 contre 46 »…Les Etats-Unis vont loin sur le chemin de l’isolationnisme. Un jour ou un autre ils vont probablement se retirer de l’OMC, de l’ONU, de…

Partager

Articles les plus lus