Séoul prône une "économie de paix" avec Pyongyang face aux tensions commerciales avec Tokyo

xinhua 2019-08-05 20:10:07
Comment
Share
Share this with Close
Messenger Messenger Pinterest LinkedIn WeChat

Le président sud-coréen Moon Jae-in a prôné lundi une "économie de paix" via une coopération avec la République populaire démocratique de Corée (RPDC), au moment où son pays est impliqué dans un conflit commercial avec le Japon.
Ces propos ont été rapportés par la Maison Bleue, siège de la présidence, alors que le Japon a décidé vendredi dernier de retirer la Corée du Sud de sa liste des partenaires commerciaux préférentiels.
Dans ce contexte, "nous avons pu constater encore une fois la nécessité absolue d'une économie de paix", a dit M. Moon lors d'une réunion hebdomadaire avec ses conseillers.
Ladite économie de paix, reposant sur une coopération économique intercoréenne, "nous permettra de rattraper immédiatement le Japon", a-t-il poursuivi en rappelant que l'économie nippone était aujourd'hui de dimension supérieure à celle de la Corée du Sud.
M. Moon a promis que son gouvernement ne cèdera pas au pessimisme, ni renoncera aux efforts à faire en ce sens malgré les difficultés dans les relations intercoréennes et dans celles entre Pyongyang et Washington.
"Quand les deux Corée font des efforts concertés avec l'assurance que cette économie de paix nous offrira un avenir riche d'opportunités, nous serons en mesure de parvenir à la dénucléarisation et à une paix durable dans la péninsule coréenne et de créer une prospérité commune sur cette base", a-t-il noté.
Il a critiqué le Japon pour avoir perturbé l'ordre du libre-échange, appelant également à profiter de la situation actuelle pour qu'elle soit un tremplin permettant d'améliorer l'économie sud-coréenne via une croissance innovante et un développement indigène de pièces et de matériaux industriels.
Le Japon a décidé de durcir les restrictions sur ses exportations vers la Corée du Sud pour protester contre la décision de la justice sud-coréenne de demander des dédommagements à des entreprises japonaises pour les travailleurs forcés sous l'occupation nippone (1910-1945).

Partager

Articles les plus lus