La Chine et l'Afrique soulignent l'importance du développement pour la jouissance des droits de l'homme

xinhua 2019-07-10 10:29:36
Comment
Share
Share this with Close
Messenger Messenger Pinterest LinkedIn WeChat

La Chine et l'Afrique se sont réunies mardi au siège européen des Nations Unies à Genève, pour discuter de la contribution du développement à la jouissance de tous les droits de l'homme.
  "Le développement est une quête éternelle de la société humaine ; il représente la base du traitement de toutes les questions et constitue la réponse ultime à celles-ci", a déclaré le représentant permanent de la Chine auprès de l'Office des Nations Unies à Genève (ONUG), Chen Xu, lors d'une réunion, convoquée en marge de la 41e session du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies (CDH).
  Lors de la réunion, co-parrainée par le Groupe africain de l'ONUG et la Mission permanente de la Chine, M. Chen a noté que si le développement bénéficie de la croissance économique et des nouvelles technologies, il reste globalement "déséquilibré, non coordonné et inadéquat".
  La communauté internationale doit réfléchir sérieusement à la manière de progresser ensemble et d'amener davantage de personnes à partager le développement pour promouvoir et protéger les droits de l'homme, a ajouté M. Chen. 
  "Ce qui s'est passé dans le monde, en particulier dans les pays en développement comme la Chine et les pays africains, montre que sans développement, il n'y a pas de droits de l'homme dont il faut parler", a souligné M. Chen. 
  Pour sa part, Liu Xinsheng, membre du Comité consultatif du Conseil des droits de l'homme, qui préside un groupe travaillant sur un nouveau rapport de l'ONU sur la contribution du développement à tous les droits de l'homme, a affirmé : "Le développement et la jouissance des droits de l'homme se renforcent mutuellement. Le développement économique et social est le fondement de la pleine jouissance de tous les droits de l'homme par la population, et la protection des droits de l'homme favorise le développement économique et social". 
 

L'ambassadrice du Cap-Vert à Genève, Maria de Jesus Veiga Miranda, a confié à l'agence Xinhua que son pays est un bon exemple de coopération entre les droits de l'homme et le développement. 
  "C'est pour nous un programme mutuellement exécutoire. En fait, il s'agit d'un seul programme. Nous devons faire progresser ensemble les droits de l'homme et tous les Objectifs du développement durable pour tous afin que les gens puissent réaliser leur dignité humaine et leur liberté", a-t-elle indiqué.
  L'ambassadrice de l'Afrique du Sud auprès de l'ONUG, Nozipho Mxakato-Diseko, a déclaré dans son discours que "c'est un espace très important pour nous rappeler l'indivisibilité des droits humains et l'interdépendance des droits humains". 
  "Il nous est rappelé que les droits de l'homme sont interdépendants", a-t-elle indiqué, ajoutant que sans droits économiques, sociaux et culturels, les droits civils et politiques ne seront pas stables et "l'un sans l'autre est incomplet ".
  A la même occasion, l'ambassadrice de l'Angola auprès de l'ONUG, Margarida Rosa Da Silva Izata, a affirmé que "pour les pays en développement, en particulier en Afrique, le droit au développement n'est pas encore une réalité, notamment en raison des ressources financières et humaines limitées".

Partager

Articles les plus lus