Djibouti veut se doter d'une stratégie nationale d'e-Gouvernement (SYNTHESE)

xinhua 2019-03-25 01:38:16
Comment
Share
Share this with Close
Messenger Messenger Pinterest LinkedIn WeChat

L'Agence nationale djiboutienne des systèmes d'information de l'Etat (ANSIE) a réuni samedi les responsables de toutes les institutions publiques du pays pour l'élaboration d'une stratégie nationale d'e-Gouvernement pour la période 2019-2022.

Cet atelier, qui a également vu la participation de représentants de la Banque mondiale, visait à collecter différentes contributions en vue de définir les principaux axes à retenir pour cette future stratégie nationale.

Les participants ont été conviés à réfléchir aux questions relatives à l'environnement juridique et aux infrastructures, mais aussi aux approches pour développer des services numériques qui doivent s'inscrire dans un cadre global et cohérent de mutualisation des ressources garantissant l'interopérabilité des systèmes.

Pour Guibert Hairson, expert de la Banque mondiale engagé dans ce projet, la stratégie numérique du gouvernement djiboutien doit poursuivre des objectifs de développement économique réels et pas seulement une poussée technologique.

Selon lui, celle-ci doit se baser dès le départ sur la création des cadres politiques et institutionnels appropriés et parvenir ainsi à maximiser l'efficacité des initiatives en matière de TIC au sein du gouvernement tout en gérant les coûts croissants de l'information et de la technologie.

Il a par ailleurs rappelé que cette stratégie devait également permettre à générer des économies en appliquant les TIC aux processus principaux ou à d'autres domaines de programmation.

S'agissant de la mise en place proprement dite de l'e-Gouvernement, M. Hairson a d'abord plaidé pour la mise en place d'un groupe de travail de haut niveau autour de l'impérieuse nécessité d'avoir une vision et des objectifs communs en parfaite cohérence avec les priorités de développement économique du pays, et jouissant d'un soutien politique affiché.

Outre la mise à disposition des infrastructures pour l'amélioration de la connectivité et de la capacité de traitement de données, l'expert de la Banque mondiale a rappelé qu'une gouvernance pertinente capable de poser un cadre politique et réglementaire et une bonne gestion de l'administration électronique étaient également nécessaires.

De son côté, le directeur général de l'ANSIE, Moustapha Mohamed Ismail, a souligné que dans un monde de plus en plus engagé dans une transformation numérique profonde, Djibouti se doit d'avoir d'une stratégie d'e-Gouvernement en phase avec son temps.

"Nous devons apporter une réponse globale et coordonnée au besoin de gouvernance, d'infrastructures et de renforcement de nos capacités humaines pour mener la transformation numérique de l'administration de notre pays, et une telle réponse ne peut être apportée que par la définition et l'adoption d'une stratégie nationale d'e-Gouvernement impliquant l'ensemble des acteurs clés", a-t-il déclaré à cette occasion.

M. Ismail a précisé que la stratégie nationale d'e-Gouvernement pour la période 2019-2022 serait portée par les TIC comme moyen de modernisation de l'administration.

Selon lui, ce travail d'élaboration de la nouvelle stratégie nationale d'e-Gouvernement viendra renforcer toutes les actions que le pays a déjà mis en oeuvre mais aussi de tirer les leçons du passé pour atténuer les risques liés à la transformation numérique.

"Nous sommes convaincus que l'e-Gouvernement servira de locomotive pour le renforcement et la diversification des infrastructures TIC du pays et permettra le développement de l'économie numérique qui constituera une niche de croissance économique pour Djibouti", a-t-il conclu.

Créée en 2015, l'ANSIE a pour objectif d'interconnecter toutes les administrations du pays par un réseau haut débit avec des outils de communications collaboratifs et de développer des applications informatiques transversales pour les héberger dans un Data Center unique afin d'améliorer l'efficacité et le rendement de l'administration.

L'ANSIE a également pour mission de développer des modèles de délivrance des services en ligne au profit des citoyens ainsi que des projets sectoriels dans les domaines de l'e-santé, de l'e-éducation et de l'e-commerce pour répondre aux défis sociaux du pays en matière d'éducation et de santé et préparer le pays à l'introduction d'une économie numérique.

Partager

Articles les plus lus