Pour un vrai « siècle pour l’Asie», il faut que le « dragon » et l’ « éléphant » dansent ensemble

RCI 2018-12-26 22:11:56
Comment
Share
Share this with Close
Messenger Messenger Pinterest LinkedIn WeChat

Long de 4.94km, le pont Bogibeel, est le plus long pont de l’Inde à la fois routier et ferroviaire. Il a été ouvert à la circulation mardi 25 décembre, cérémonie à laquelle a participé le Premier ministre indien Narendra Modi. Selon les médias indiens, la construction du pont Bogibeel a duré 16 ans et il est le seul pont de l’Inde dont la soudure correspond au standard de l’Europe. Il est construit pour durer 120 ans. Ce pont a fait l’objet d’une discussion sur le développement économique entre la Chine et l’Inde.

Selon une anecdote : certains Indiens pensent que le niveau de développement de Shanghai pourra dépasser celui de Mumbai dans 20 ans. Cela montre que beaucoup d’Indiens ne connaissent pas le développement de la Chine. En même temps, si on évoque l’Inde, pas mal de Chinois ne connaissent que les chants et danses de Bollywood et le carri.

En réalité, la Chine et l’inde, pays voisins et deux pays en voie de développement ayant les plus grands nombres de population, entretiennent des échanges depuis plus de 2000 ans, selon certains écrits. Durant les temps modernes, les peuples de ces deux pays se sont soutenus dans la lutte pour l’indépendance et la libération de leurs pays, promouvant ensemble le réveil de l’Asie. Les cinq principes de la coexistence pacifique proposés conjointement par la Chine, l’Inde et la Birmanie ont été considérés comme une initiative inédite dans l’histoire des relations internationales.

Pourtant, jusqu’à ce jour, les connaissances mutuelles entre les peuples de ces deux pays sont très limitées. L’année dernière, le conflit à Dong Lang a mis en mal les relations entre ces deux pays. Heureusement, le président chinois Xi Jinping et le Premier ministre indien Narendra Modi visent haut et voient loin. En avril 2018, un sommet non-officiel historique a été tenu à Wuhan, à l’occasion duquel les deux parties ont pris des mesures concrètes pour un développement sain de leurs relations. Les deux pays ont pris l’engagement d’établir et maintenir un mécanisme de dialogue sur les échanges humains de haut niveau.

La semaine dernière, les deux parties ont lancé officiellement ce mécanisme à New Delhi, capitale de l’Inde. A l’occasion de la cérémonie d’ouverture, le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a indiqué que la construction de ce mécanisme était le résultat du consensus commun atteint entre le président chinois Xi Jinping et le Premier ministre indien Narendra Modi. «C’est une mesure importante pour promouvoir le développement globale de la relation entre ces deux pays», a souligné Wang Yi.

De son côté, le ministre indien des Affaires étrangères Sushma Swaraj a précisé que ce mécanisme offrait également une nouvelle plate-forme pour les échanges humains entre ces deux pays, et que le succès de cette première réunion boosterait les échanges à un plus haut niveau.

La Chine et l’Inde ont toutes deux une civilisation splendide de plusieurs milliers d’années, et leurs échanges culturelles ne datent pas d’hier. D’une part, la Chine a fait entrer la fabrication du papier, les poteries et le thé en Inde, et d’autre part, la fabrication du sucre, l’astronomie, le calendrier, l’architecture, la littérature venant de l’Inde ont traversé de l’autre côté de la Chine. Le roman fantastique « Le Pèlerinage » connu des Chinois, racontant l’histoire du moine chinois Xuanzang de la dynastie des Tang parti vers le Paradis Occidental en quête des écritures du bouddhisme en Inde, est l’un des symboles de la riche histoire culturelle sino-indienne.

En effet, les cultures et les valeurs essentielles de ces deux pays présentent plusieurs similarités. Tous les deux pays pensent que tous les différents pays du monde sont une famille, et qu’il faut rechercher un terrain d’entente par-delà les divergences. Ji Xianlin, grand chercheur chinois faisant des études sur l’Inde, pense que les civilisations de Chine et de l’Inde sont très proches comme si elles étaient créées par le dieu.

Ces dernières années, les films indiens, dont « Dangal », attirent un grand public en Chine. La raison réside dans les similarités des valeurs essentielles de ces deux pays, qui attachent tous les deux une grande importance à la famille et à l’éducation. Ces deux voisins restent profondément convaincus que seuls les efforts peuvent conduire au succès.

Dans leur statut de plus grand pays en voie de développement, la Chine et l’Inde ont beaucoup d’intérêts qui se croisent. Ces deux pays défendent la promotion du libre-échange, de la globalisation. Ils sont également en faveur des réformes au sein de l’Organisation mondiale du commerce. La lutte contre le changement climatique et d’autres sujets sont aussi partie de leurs préoccupations.

Le Forum des médias Chine-Inde constitue un événement très important dans le cadre des échanges humains de haut niveau entre ces deux pays. En effet, les médias jouent un rôle particulier dans les relations entre la Chine et l’Inde, d’autant plus qu’ils permettent aux publics d’acquérir des connaissances suffisantes sur l’un ou l’autre pays. Wang Yi croit que les médias doivent montrer aux deux peuples les vraies images de la Chine, de l’Inde, et de leurs relations. Ce qui relève évidemment de leurs responsabilités les plus absolues.

Sincèrement, les relations entre la Chine et l’Inde ne sont roses sur toute la ligne. Ces deux pays font face à plusieurs formes de défis. C’est la raison pour laquelle un accent particulier est mis sur le renforcement des échanges humains entre ces deux pays, l’un des moyens efficaces pour atténuer les malentendus, et promouvoir en même temps la confiance mutuelle, gage de résolution pacifique des différends.

La Chine et l’Inde ont relancé les exercices militaires « main dans la main ». L’Inde a facilité la demande du visa pour les ressortissants chinois, l’entreprise chinoise Huawei a été invitée pour participer au test 5G en Inde. La Chine promeut l’importation des médicaments indiens afin de réduire le déficit commercial qu’enregistre l’Inde dans ses échanges commerciaux avec la Chine.

Actuellement, le centre de l’économie mondiale bouge vers l’Est. Le continent asiatique est une région dont la plupart d’économies disposent d’une plus grande vitalité et connaissent un développement rapide. C’est le cas du développement rapide et durable de la Chine et de l’Inde qui ne cesse d’impressionner. Le défunt dirigeant chinois Deng Xiaoping avait indiqué que « le siècle de l’Asie n’arrivera que quand la Chine et l’Inde se développent bien tous les deux ». Le ministre indien des Affaires étrangères Sushma Swaraj a souligné la semaine dernière que la Chine et l’Inde ont la responsabilité de pouvoir conduire le processus de développement de l’Asie et de créer un siècle pour l’Asie. Il est d’une impérieuse nécessité que ces deux grands géants d’Asie fasse route ensemble. Le dragon, qui signifie la Chine et l’éléphant, l’Inde, doivent danser ensemble, plutôt que de se mettre en situation de concurrence.

Partager

Articles les plus lus