L'ancien président sud-coréen Lee Myung-bak interrogé dans une affaire de corruption

xinhua 2018-03-14 15:42:26
Comment
Share
Share this with Close
Messenger Messenger Pinterest LinkedIn WeChat

L'ancien président sud-coréen Lee Myung-bak interrogé dans une affaire de corruption

L'ancien président sud-coréen Lee Myung-bak était interrogé mercredi par le   parquet sur une série d'accusations de corruption, de détournement de fonds et   de fraude fiscale.
M. Lee, dont le mandat présidentiel a pris fin en   février 2013, s'est rendu en tant que "prévenu" au bureau des procureurs du   district central de Séoul, ont rapporté les chaînes de télévision locales.
Avant d'y pénétrer, il a lu une brève déclaration pour s'excuser d'avoir "causé   des inquiétudes" au peuple sud-coréen et a exprimé l'espoir d'être le dernier   chef de l'Etat ancien ou actuel de l'histoire du pays à être interrogé par la   justice.
Celle qui lui a succédé, Park Geun-hye, a été destituée l'an   dernier et elle est aujourd'hui jugée pour corruption et abus de pouvoir. Fin   février, le ministère public a requis 30 ans de réclusion. Un verdict est   attendu le mois prochain.

L'ancien président sud-coréen Lee Myung-bak interrogé dans une affaire de corruption

Selon des médias, M. Lee a été interrogé dans la   même pièce que Mme Park, questionnée un an plus tôt pour ses liens controversés   avec son amie de longue date, Choi Soon-sil.
Lee Myung-bak est soupçonné   d'avoir demandé au Service national de renseignement (NIS) de verser des   dizaines de millions de dollars à plusieurs de ses conseillers, selon l'agence   Yonhap.
Il est aussi accusé d'avoir encouragé le groupe Samsung, le   conglomérat le plus grand du pays, à payer les frais de justice de   l'équipementier automobile sud-coréen DAS, qui appartient, selon des   informations, à son frère aîné Lee Sang-eun, bien que le parquet pense que   l'ex-président en était le véritable propriétaire. 

Partager

Articles les plus lus