Médecine traditionnelle chinoise : Tong Ren Tang lance ses activités en Afrique

Zhang Xiyan RCI 2018-09-03 16:00:20
Comment
Share
Share this with Close
Messenger Messenger Pinterest LinkedIn WeChat

Le portail du Groupe Tong Ren Tang à Beijing (Photo par Zhang Xiyan)

Le portail du Groupe Tong Ren Tang à Beijing (Photo par Zhang Xiyan)

Après avoir fait ses preuves en Chine depuis 1669, Tong Ren Tang décide de se lancer sur le marché international et africain.

Deux ans depuis que cette marque chinoise spécialisée dans la médecine traditionnelle s’est implantée en Afrique. Alors que ce pilier de la médicine traditionnelle opère déjà à l’international depuis 1993. Dans le processus de son développement international, Tong Ren Tang connait déjà un grand succès, d’autant plus que ses médicaments et ses traitements sur base de la médecine traditionnelle chinoise sont adoptés par des étrangers et font à ce jour partie de leur quotidien.

Selon sa vice-directrice générale, Ding Yongling, les produits de Tong Ren Tang sont vendus dans près de 50 pays et régions. Ding Yongling affirme également que Tong Ren Tang a créé plus de 140 pharmacies, cliniques et centres pour la préservation de la santé répartis dans 27 pays et régions.

En Afrique, très précisément en Afrique du Sud où cette marque a commencé ses activités en novembre 2016, dispose à ce jour de cinq pharmacies dans les villes principales villes de ce pays arc-en-ciel à savoir : Pretoria, Durban et Johannesburg.

L’Afrique du Sud est l’un des pays qui reconnaissent légalement la médecine traditionnelle chinoise par la loi. Les médecins opérant dans  ce secteur est en mesure d’acquérir la licence du métier après leur succès lors des épreuves d’évaluations sud-africaines. C’est la connaissance officielle de la médecine traditionnelle chinoise par les autorités sud-africaine qui a rendu possible le déploiement des activités du Tong Ren Tang en Afrique du Sud.

Les outils pour préparer les médicaments traditionnels chinois (Photo par Zhang Xiyan)

Les outils pour préparer les médicaments traditionnels chinois (Photo par Zhang Xiyan)

Selon Zhong Peng, directeur général du Tong Ren Tang Afrique, la médecine traditionnelle chinoise est classifiée comme médecine complémentaire en Afrique du Sud. Les boutiques de Tong Ren Tang dans le pays proposent des moyens de traitement comme l’acupuncture et la ventouse. Des conférences et consultations sont également offertes gratuitement de façon régulière aux locaux. « Leurs Jingluo (méridiens et branches collatérales du corps humain) sont plus sensibles que les nôtres. Ce qui permet d’enregistrer des résultats remarquables chez des Sud-Africains. » Selon Zhong Peng, 70% des malades qui consultent les cinq pharmacies du Tong Ren Tang sont les locaux sud-africains, «Et pourtant, nombreux sont ceux qui pensaient que la majorité de clients devraient être des ressortissants chinois ». Selon les chiffres fournis par le Tong Ren Tang, depuis l’ouverture des pharmacies en Afrique du Sud, plus de 10 000 Sud-Africains ont essayé ce nouveau mode de traitement et de préservation de la santé qui est la médecine traditionnelle chinoise. De nombreux malades difficiles à diagnostiquer et guérir ont tout de même reçu des traitements efficaces.

En plus des résultats remarquables de la médecine traditionnelle chinoise, le développement du Tong Ren Tang a pu être réalisé grâce à la popularisation de la philosophie de l’unité entre le Ciel et l’Homme que la médecine traditionnelle chinoise préconise. « Les diplomates sud-africains et tanzaniens en Chine m’ont dit qu’ils sont nés de la nature. Il est facile d’expliquer les fonctions des médicaments chinois et l’harmonie Homme-Ciel aux Africains », a fait savoir Zhong Peng. « Leur médecine traditionnelle ont des éléments similaires à la nôtre. Leurs ancêtres ont l’habitude de chercher les plantes médicales issues de la nature, ils croient en l’unité entre le Ciel et l’Homme. »

Les spécimens des plantes médicinales chinoises (Photo par Zhang Xiyan)

Les spécimens des plantes médicinales chinoises (Photo par Zhang Xiyan)

De plus, le Tong Ren Tang a su mettre en valeur le concept de l’indigénisation dans son exploitation en Afrique du Sud. Parmi les 28 employés du Tong Ren Tang Afrique, 80% sont Africains. « Les Sud-Africains sont ouverts à la culture extérieure. Ce pays est surnommé ‘nation arc-en-ciel’, parce que de multiples cultures s’y fusionnent. C’est pour cela que nous nous entendons bien avec les employés sud-africains », a indiqué Zhong Peng.

Il y a encore quelques bonnes nouvelles pour le développement du Tong Ren Tang en Afrique du Sud. En 2017, le Tong Ren Tang a signé un accord de coopération avec l’Université de Johannesburg pour l’aider dans les années à venir à former les élèves et à ouvrir un musée de la médecine traditionnelle chinoise. En outre, certaines assurances médicales commerciales sud-africaines remboursent les traitements d’acupuncture.

Pour Joao Manuel Henriques, journaliste de l’Agence de presse de l’Angola, actuellement à Beijing pour couvrir le sommet de Beijing du Forum 2018 sur la Coopération sino-africaine, les Chinois ont pu vaincre le paludisme avec leur médecine traditionnelle telle que l’Artémisinine, l’Afrique a besoin de ces médicaments chinois pour lutter contre les épidémies. « Pour cela, Je souhaite de belles opportunités à la médecine chinoise dans les pays africains pour les populations qui sont confrontées à de multiples maladies », a-t-il espéré.

Zhong Peng prévoit d’énormes potentiels pour le développement de sa société en Afrique. « L’Afrique du sud est le sésame pour ouvrir le marché africain. Les pays de l’Afrique de l’est comme le Kenya et la Tanzanie portent un grand potentiel. Du côté de l’Afrique de l’ouest, un médecin m’a fait savoir qu’il existe un grand nombre de gens dans son pays qui croient à la médecine traditionnelle chinoise ». Pour cette raison, « Notre but est d’apporter au peuple africain la médecine et la pharmacologie traditionnelle chinoise de meilleure qualité», a lancé Zhong Peng.

Partager

Articles les plus lus