Les valorisations excessives des sociétés internet chinoises font craindre l’effondrement de la bulle spéculative du numérique

2017-12-21 10:00:13
Comment
Share
Share this with Close
Messenger Messenger Pinterest LinkedIn WeChat

(Photo:dfic)

(Photo:dfic)

Alors que les introductions en bourse de sociétés chinoises de l’Internet ont été fortement valorisées sur les marchés étrangers, les régulateurs chinois ne devraient pas oublier la bulle internet de la fin des années 1990. Toute répétition de ce cycle spectaculaire d’expansion et de récession pourrait mal tourner et jeter une ombre sur le développement du secteur internet de Chine.

Malgré la croissance solide des marchés boursiers américains cette année, les actions de certaines sociétés chinoises nouvellement entrées en bourse ont réalisé de mauvaises performances. D’après le fournisseur de données Dealogic, sur les seize entreprises chinoises qui se sont lancées sur les marchés boursiers américains cette année, dix d’entre elles ont leurs actions qui se négocient à un prix inférieur à leur prix d’introduction, indiquait dimanche dernier le Wall Street Journal. Ce rapport mentionnait notamment le prêteur chinois en ligne Qudian comme étant l’entreprise connaissant les pires résultats, avec des actions à la fermeture du vendredi inférieures de 46 % à leur prix d’introduction au mois d’octobre.

La plupart des entreprises chinoises cotées et en difficulté sur les marchés boursiers américains proviennent du secteur de l’Internet. Même si elles ont suscité des valorisations importantes sur les marchés étrangers, leurs performances reflètent les risques d’une bulle du secteur de l’Internet en Chine et de son éclatement.

Les entreprises internet de Chine dépensent leur argent à un rythme effréné. Certaines d’entre elles offrent des subventions extrêmement importantes à leurs clients dans l’espoir que leurs concurrents échoueront avant qu’ils soient eux-mêmes à court de liquidités. D’autres investissent simplement des sommes astronomiques dans une économie de partage apparemment prometteuse, l’intelligence artificielle ou d’autres secteurs de technologie avancée, où les profits doivent encore apparaître. De la même façon que lors de la bulle internet, les entreprises chinoises du numérique tentent désormais de convaincre les investisseurs que les bénéfices ne sont plus importants.

Les bulles semblent inévitables dans le secteur de l’Internet. Les nouvelles technologies nécessitent souvent des investissements importants sur une longue période pour générer des profits. Mais au bout du compte, soit une entreprise réalise des profits, soit elle n’en fait pas. Sans un modèle entrepreneurial sain, ce n’est qu’une question de temps avant que les entreprises dont les dépenses sont excessives rencontrent des problèmes de liquidité, déclenchant l’éclatement de la bulle.

Ce ne sont pas seulement les « start-ups prodigues », qui feront les frais d’une telle situation. Le secteur tout entier de l’Internet chinois subira un revers majeur si un tel effondrement devait survenir. En effet, il serait alors plus difficile pour le secteur d’attirer de nouveaux investissements, ce qui entraverait son développement.

Alors que l’initiative Internet Plus est vitale pour la restructuration économique de la Chine, les législateurs chinois feraient bien de surveiller attentivement tout risque de bulle et d’agir pour empêcher celles-ci d’éclater. Si le secteur dilapide trop son argent, cela pourrait se retourner contre lui. Cette menace appelle à une gouvernance réglementaire plus forte du secteur de l’Internet.

Partager

Articles les plus lus