Un haut responsable de l'Unesco salue les efforts chinois en matière de la protection des villages historiques

2019-06-11 00:27:22
Comment
Share
Share this with Close
Messenger Messenger Pinterest LinkedIn WeChat

Ernesto Ottone Ramirez, sous-Directeur général pour la culture de l'Unesco

Ernesto Ottone Ramirez, sous-Directeur général pour la culture de l'Unesco

La conférence internationale de l'Unesco consacrée à l’avenir des villages historiques s’est ouverte lundi 10 juin à Meishan, dans la province du Sichuan (au sud-ouest de Chine). En marge de la conférence, Ernesto Ottone Ramirez, sous-Directeur général pour la culture de l'Unesco, a salué les efforts de Meishan conjugués dans la protection du patrimoine et la transmission culturelle.

Selon Ernesto Ottone Ramirez, Meishan jouit d’une grande diversité culturelle comme des villages historiques mondialement connus, parmi lesquels se trouve Liujiang, un ancien village en banlieue de Meishan et qui séduit par ses fortes richesses naturelles et traditions culturelle.

«A Meishan, nous avons vu comment les pratiques traditionnelles chinoises, telles que le tissage de bambou, peuvent développer dans les industries innovantes, qui ont permis d’améliorer les possibilités d’emploi et ont stimulé l’entreprenariat féminin», a-t-il affirmé.

Selon lui, la raison pour laquelle Meishan a été choisi pour organiser cette conférence internationale de l’Unesco, est que «la ville a beaucoup d’expériences à partager avec le reste du monde. La ville a fait des efforts en matière de la protection du patrimoine culturel et des villges historiques, elle sert d’un exemple dans le développement durable.»

Ernesto Ottone Ramirez a indiqué que l’aménagement des villages historiques est une question qui concerne la mémoire de la population. «Un grand défi est de développer sans perdre l’identité de ces villages et d’assurer que le patrimoine immatériel ne devienne pas industriel», a-t-il souligné.

«On a vu que la Chine a pris très au sérieux l’initiative de transmettre ces valeurs culturelles et d’assurer la transmission de ses traditions.», a conclu Ernesto Ottone Ramirez.


Partager

Articles les plus lus