"Les Eternels" du Chinois Jia Zhangke salué par la critique au Festival de Cannes-French

"Les Eternels" du Chinois Jia Zhangke salué par la critique au Festival de Cannes

xinhua 2018-05-14 09:00:15
Comment
Share
Share this with Close
Messenger Messenger Pinterest LinkedIn WeChat

Le réalisateur chinois Jia Zhangke (au centre) (Xinhua/Chen Yichen)

Le réalisateur chinois Jia Zhangke (au centre) (Xinhua/Chen Yichen)

"Les Eternels" du réalisateur chinois Jia Zhangke, seul représentant du cinéma chinois en lice pour la Palme d'or, a été largement salué par la critique à l'issue de son avant-première vendredi soir.

Considéré comme l'un des films les plus attendus de la compétition par le magazine culturel français Télérama, "Les Eternels" raconte l'histoire d'une jeune et jolie danseuse, Qiao, amoureuse de Bin, chef de la pègre locale de Datong, dans la province du Shanxi. Lors d'une rixe entre bandes rivales, elle prend la défense de son petit ami et tire plusieurs coups de feu, pour lesquels elle est condamnée à cinq ans de prison. A sa sortie, Qiao part à la recherche de Bin pour reprendre leur histoire.

Lors d'une conférence de presse tenue samedi midi, Jia Zhangke a fait savoir à la presse que l'idée du film lui était venue il y a plus de trois ans, lorsqu'il s'est rendu compte en classant ses vidéos filmées depuis 2001 que Zhao Tao, sa femme et actrice fétiche, y était toujours présente. "Je voulais faire un film qui raconte le changement de Zhao Tao entre 2001 et 2018."

Pendant cette même période, la Chine a connu un développement rapide, "et je pourrais partager mes expériences personnelles à travers ce film", a-t-il confié.

"Les Eternels" a été largement salué après l'avant-première. Le magazine Screen Daily constate que "Jia Zhangke explore l'évolution de la Chine à travers les expériences d'une femme sortie de prison" et le site de France Culture, qui fait l'éloge de la prestation de "la formidable Zhao Tao", estime que "Les Eternels", histoire d'amour sur 17 ans entre deux membres de la pègre, raconte aussi les transformations radicales de la Chine contemporaine, et pourrait valoir un prix d'interprétation à son actrice et égérie."

Le journal Le Monde est impressionné par "la manière originale avec laquelle Jia Zhangke, désireux depuis quelque temps de se confronter au genre, s'approprie le film noir après s'être essayé au film de sabre (A Touch of Sin, 2013) ainsi qu'au mélodrame (Au-delà des montagnes, 2015). (Les Eternels), magnifiquement déstabilisant, poétique et fulgurant, opaque et lumineux à la fois, fera partie de ses plus grands films".

C'est la cinquième fois que Jia Zhangke est en lice pour la Palme d'or. Il avait reçu le Prix du Meilleur Scénario en 2013 pour son film "A Touch of sin" et il a également été membre du jury de la sélection officielle au 67e Festival de Cannes en mai 2014, alors présidé par la réalisatrice néo-zélandaise Jane Campion.

Cette année, la Palme d'or départagera 21 films, dont "Le Livre d'image" de Jean-Luc Godard, "Everybody Knows" du réalisateur iranien Asghar Farhadi, "Dogman" de l'Italien Matteo Garrone, "Under The Silver Lake" de David Robert Michell ou encore "Three Faces" de Jafar Panahi.

Le palmarès sera dévoilé le 19 mai lors de la cérémonie de clôture par le jury présidé par l'actrice australienne Cate Blanchett, titulaire de deux Oscars.

Partager

Articles les plus lus