Le tibétain, une langue plus que jamais vivante dans le sillon de la modernisation

quotidien du peuple 2018-03-14 10:11:16
Comment
Share
Share this with Close
Messenger Messenger Pinterest LinkedIn WeChat

Photo d'archives

Photo d'archives

Vendredi dernier, à l'occasion de la 37e session du Conseil des droits de l'homme des Nations unies, un savant chinois a défendu l'utilisation, la protection et le développement de la langue tibétaine, déclarant que cette langue avait gardé toute sa vitalité dans le processus actuel de modernisation et qu'elle continuerait d'être transmise et développée à l'avenir.

Le Conseil des droits de l'homme tenait vendredi un débat général sur l'ensemble des droits humains. Au cours du débat, ce savant chinois, qui représentait la Société chinoise pour l'étude des droits de l'homme, a fait remarquer que l'apprentissage et l'utilisation des langues tibétaines à l'oral et à l'écrit étaient garantis par la loi chinoise.

Zha Luo, membre du Conseil des droits de l'homme et chercheur à l'Institut d'histoire moderne de l'Académie chinoise des sciences sociales, a déclaré dans son discours que la Constitution chinoise et les lois relatives à ce domaine proclamaient clairement que toutes les minorités ethniques avaient le droit d'utiliser et de développer leurs propres langues à l'écrit comme à l'oral.

Zha Luo a également affirmé que les lois et régulations locales dans la région autonome du Tibet en Chine stipulaient clairement que la langue tibétaine était la langue vernaculaire locale et qu'elle jouissait à ce titre des mêmes effets que la langue chinoise qui est utilisée dans le reste du pays.

« Aujourd'hui, le tibétain est encore la langue principale qu'utilisent au quotidien les fermiers et les gardiens de troupeau locaux, » a-t-il déclaré, ajoutant que pour la période de scolarité obligatoire, un système d'enseignement bilingue avait été mis en place.

Selon le savant, en plus de la mise en place de règles pour la traduction des nouveaux mots et des nouveaux termes et pour l'utilisation dans la langue tibétaine de mots empruntés à d'autres langues, le gouvernement a également organisé la collecte et la publication des textes canoniques du Kangyour et du Tanjur, un travail qui a nécessité l'implication de plus de 100 experts de la langue tibétaine et qui s'est étalé sur plus de 20 ans.

En outre, le savant a rapporté que l'utilisation des technologies de l'informatique et d'Internet avait offert une nouvelle plateforme d'apprentissage, d'utilisation et de développement du tibétain, l'une des plus vieilles langues de Chine puisqu'elle remonte au septième siècle de notre ère. 

Partager

Articles les plus lus