Ne prenez pas l'endroit où l'épidémie s'est produite pour origine de l'épidémie

CGTNF 2020-05-22 16:59:35
Share
Share this with Close
Messenger Messenger Pinterest LinkedIn WeChat

Platon a écrit une allégorie dans "La République". Un groupe de prisonniers se trouvent dans une caverne. Il y avait un feu derrière eux. Attachés, les prisonniers ne pouvaient pas regarder en arrière. Tout ce qu'ils pouvaient voir, c'était l'ombre réfléchie sur un mur de pierre. Le bruit est tout ce qu'ils pouvaient entendre. Ils pensaient que ce qu'ils avaient vu et entendu était "vrai". Quand l'un d'entre eux s'est libéré de ses chaînes et s'est tourné pour voir le feu, il s'est rendu compte que l'ombre sur le mur de pierre n'était qu'une apparence et que le feu était l'essence des choses. Lorsque cet homme est sorti de la caverne et a vu le soleil et le monde entier, il s'est rendu compte qu'il était avant vraiment superficiel. Malheureusement, lorsque cet homme est retourné dans la caverne et a essayé de dire à ses compagnons ce qu'il avait vu et entendu, ils l'ont trouvé étrange.

Les circonstances de l'épidémie de COVID-19 sont similaires à celles de l'"Allégorie de la caverne" de Platon. Alors que les pays continuaient à faire état de l'épidémie de grippe fin 2019 et début 2020, la Chine a pris l'initiative d'informer l'Organisation mondiale de la santé (OMS) de la découverte d'une nouvelle épidémie de coronavirus à Wuhan. Début février 2020, les Centres américains pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) a indiqué que la saison de la grippe 2019-2020 aux États-Unis avait entraîné 19 millions d'infections et au moins 10 000 décès. Au cours de la même période, 17 205 cas de pneumonie dues au COVID-19 ont été diagnostiqués en Chine, entraînant 361 décès.

Lorsque la Chine a partagé avec le monde les données pertinentes et l'expérience de prévention et de contrôle du COVID-19, les États-Unis et certains pays européens les ont rejetées, considérant simplement le COVID-19 comme une "grande grippe". Ils n'ont vu que le taux de mortalité du nouveau coronavirus annoncé par la Chine peu élevé et qu'elle a contrôlé l'épidémie dans un délai relativement court. Mais ils n'ont pas vu les efforts déployés par le gouvernement et le peuple chinois.

Lorsque l'épidémie a dépassé en gravité ce que le gouvernement américain avait imaginé, certains politiciens obtus aux États-Unis ont commencé à profiter de la position dominante des médias occidentaux pour tromper le public, en confondant les concepts « d'épicentre » et « d'origine » de l'épidémie, afin de rejeter la responsabilité sur la Chine. Cependant, si l'on étudie les pandémies dans diverses parties du monde tout au long de l'histoire, les épidémies ne sont que rarement originaires des zones où elles se sont manifestées au début.

La peste, qui a frappé Athènes entre 430 avant JC et 427 avant JC, a directement provoqué la mort de près d'un quart de la population de la ville. C'est la première fois qu'une maladie était documentée de manière méthodique dans l'histoire humaine, et il apparaît qu'elle ne provenait ni d'Athènes ni de Grèce. Elle était originaire du sud de l'Éthiopie. En ce qui concerne l'effrayante peste noire au Moyen-Âge, elle a arraché la vie d'au moins 25 millions d'Européens entre 1347 et 1353, soit le tiers de la population totale du continent à cette époque! Cependant, cette grande peste est d'abord apparue en Asie centrale, puis a été transmise par les commerçants asiatiques et européens à cause de la guerre. Les maladies telles que la variole, qui sont mentionnées dans divers livres consacrés à l'histoire américaine, se sont propagées parmi les Indiens et ont finalement conduit à leur extinction, alors elles ont été transmises par l'Europe au continent américain.

L'histoire se répète étrangement. Ce n'est pas la première fois que les politiciens américains trompent ainsi le public. Il y a cent ans, les Espagnols ont subi la même injustice. En 1918, une épidémie a éclaté dans un camp militaire américain du Kansas, mais pour des motifs stratégiques, les États-Unis ne l'ont pas annoncée. À cause de ce secret, l'épidémie a été introduite en Europe par l'armée américaine et a fait rage dans divers pays européens. Par la suite, l'Espagne, en tant que pays neutre de la Première Guerre mondiale, a pris l'initiative de signaler l'épidémie. Par la suite, cette pandémie a infecté environ un milliard de personnes dans le monde et a tué des dizaines de millions de personnes. Originaire des États-Unis, elle est pourtant connue sous le nom de « grippe espagnole ».

En fait, retracer l'origine de l'épidémie n'est pas une question de responsabilité, mais de recherche de l'origine et de la trajectoire de développement du virus, et de mener des recherches scientifiques sur celui-ci pour mieux répondre à cette pandémie féroce et imprévisible. Cependant, certains politiciens américains ont essayé d'utiliser des apparences pour embrouiller le monde et prendre pour cible la Chine, le premier pays à annoncer le surgissement du nouveau coronavirus. La question est : les humains seront-ils maintenant aussi ignorants que les prisonniers de Platon qui insistaient à rester dans la caverne il y a plus de deux mille ans ?

L'affirmation des politiciens américains selon laquelle la région de la flambée épidémique est considérée comme la source de virus, a pour but d'embrouiller l'opinion publique et d'essayer de faire payer la Chine pour l'échec du gouvernement américain dans la prévention et le contrôle de l'épidémie. Retrouver l'origine de l'épidémie aurait dû être un problème scientifique, mais certains politiciens américains l'ont manipulé dans un problème politique, afin d'inciter délibérément à l'hostilité envers la Chine. Le nouveau coronavirus est l'ennemi commun de toute l'humanité, et la prévention et le contrôle de l'épidémie sont la mission commune. Ce dont nous avons le plus besoin maintenant, c'est d'une coopération internationale et de la prévention et le contrôle contre le virus, au lieu des accusations et du rejet de la responsabilité. La «vérité» que les politiciens américains appellent n'est rien d'autre que l'apparence des choses. En mettant de côté l'apparence et en regardant l'essence, on peut vaincre le nouveau coronavirus et avoir un avenir brillant.

(Photos : Xinhua)

Partager

Articles les plus lus