Le plus haut organe législatif chinois condamne fortement l'adoption par le Sénat américain d'une loi relative à Hong Kong

xinhua 2019-11-20 14:07:50
Share
Share this with Close
Messenger Messenger Pinterest LinkedIn WeChat

La Commission des Affaires étrangères de l'Assemblée populaire nationale (APN), le plus haut organe législatif de la Chine, a exprimé mercredi sa ferme opposition et sa forte condamnation après l'adoption par le Sénat américain de la soi-disant Loi 2019 sur les droits de l'Homme et la démocratie à Hong Kong.
Le Sénat américain a adopté la loi mardi, à l'heure locale, en dépit de la forte opposition du gouvernement chinois.
Le mouvement "s'est ingéré de manière flagrante dans les affaires intérieures de la Chine", selon un communiqué de la Commission de l'APN.
Au cours des cinq derniers mois environ, une série de crimes violents perpétrés à Hong Kong ont sérieusement bafoué l'état de droit et l'ordre social, miné la prospérité et la stabilité de Hong Kong, et remis en cause le principe fondamental "un pays, deux systèmes", indique le communiqué.
Les criminels violents à Hong Kong n'ont cessé d'intensifier leurs actions consistant à frapper des personnes, démolir des installations et allumer des incendies, certains d'entre eux ayant même blessé des citoyens ordinaires, selon le communiqué, soulignant qu'ils avaient agi sans limites et ne montraient aucun signe de respect de la morale ou de crainte de la loi.
"Cela est étroitement lié à l'intervention américaine dans les affaires de Hong Kong et dans les affaires intérieures de la Chine", note le communiqué.
La Commission a souligné que la tâche la plus urgente à Hong Kong était de mettre un terme à la violence et au chaos et rétablir l'ordre, ce qui représente la volonté la plus large des compatriotes à Hong Kong et les droits de l'homme les plus importants à Hong Kong.
Au lieu de condamner les crimes violents odieux commis à Hong Kong, le Sénat américain, à la demande d'une poignée de législateurs anti-Chine, a continué à soutenir les criminels violents au nom des "droits de l'homme" et de la "démocratie", révélant pleinement l'hypocrisie extrême du Congrès américain, sa politique du "deux poids, deux mesures", et ses intentions diaboliques de s'opposer à la Chine et de créer des troubles à Hong Kong, selon le communiqué.
"La sauvegarde des intérêts de la souveraineté nationale, de la sécurité et du développement est essentielle pour appliquer pleinement et fidèlement la politique "un pays, deux systèmes", indique le communiqué.
"Les affaires de Hong Kong sont les affaires intérieures de la Chine et doivent être traitées dans le cadre de la Constitution de la République populaire de Chine et de la loi fondamentale de la Région administrative spéciale de Hong Kong", selon le document.
La Commission a répété que Hong Kong appartenait à la Chine et que ses affaires ne toléraient aucune ingérence de la part de forces extérieures.

Partager

Articles les plus lus