« La Chine n’est pas l’ennemie des Etats-Unis »

2018-10-09 20:36:56
Comment
Share
Share this with Close
Messenger Messenger Pinterest LinkedIn WeChat

Le vice-président américain, Mike Pence, a récemment fustigé, à travers des critiques sans fondement, les politiques chinoises intérieures et diplomatiques. Non seulement les autorités chinoises ont réfuté ses propos, mais les anciens secrétaires d’Etat américains ne peuvent plus s’empêcher d’apporter leurs commentaires. Colin Powell, premier secrétaire d’Etat américain d’origine afro-caribéenne et Madeleine Albright, première secrétaire d’Etat féminine du pays ont accordé une interview à Fareed Zakaria, animateur de CNN. Ils ont affirmé que « la Chine n’est pas l’ennemie des Etats-Unis, et que ces derniers ne doivent pas engager une nouvelle guerre froide avec la Chine. »

Selon Madeleine Albright, la Chine est un grand pays d’émergence. Il s’agit d’un résultat des efforts menés par le peuple chinois sur la base de l’histoire chinoise. Mais en même temps, les Etats-Unis n’ont pas pu prendre la responsabilité internationale d’un grand pays, et ont laissé de la possibilité à l’émergence de la Chine.

Colin Powell a, pour sa part, indiqué que le développement de la Chine est bénéfique aux Etats-Unis et que les produits chinois de bonne qualité et à des prix intéressants ont répondu aux besoins des Américains. Si les Etats-Unis mènent une guerre commerciale avec la Chine, ce sont les consommateurs américains qui en souffriraient. Selon lui, plus de 300 000 étudiants chinois ont payé des frais d’études complets dans les universités américaines, alors que certains employés de la Maison Blanche proposent d’expulser les étudiants chinois. La plupart des directeurs d’université ne seront pas d’accord.

Colin Powell a assumé les postes d’assistant du président américain pour les Affaires de sécurité nationale, de chef d’état-major interarmées des Etats-Unis, et de secrétaire d’Etat, donc il comprend en même temps la concurrence militaire et la coopération diplomatique entre les Etats-Unis et la Chine. De ce fait, il préconise le dialogue diplomatique pour résoudre des problèmes. Il a évoqué la solution de l’incident de la destruction d’un avion chinois percuté par un avion de reconnaissance américaine, en soulignant qu’il faut se respecter au lieu de se lancer des menaces, et qu’il faut éviter l’escalade d’un incident. Pour lui, la Maison Blanche manque de stratégie envers la Chine et le Pentagone considère des pays comme la Chine et la Russie comme ennemis des Etats-Unis. Il a indiqué que l’office ovale ne doit pas agir de cette façon, mais doit trouver le moyen de dialogue et de communication.

En tant qu’initiateur des relations avec la Chine, un autre ancien secrétaire d’Etat américain, Henry Kissinger, a également fait part de son opinion. Lors d’une manifestation à l’occasion du 50ème anniversaire de la création du think-tank Woodrow Wilson International Center for Scholars, Henry Kissinger a eu un échange avec l’ancien ambassadeur américain en Chine Stapleton Roy. Il a indiqué que les Etats-Unis et la Chine ont tous deux la force de construire un monde selon leur propre volonté. La confiance des Etats-Unis provient du système politique constitutionnel démocratique, alors que la Chine compte sur son intelligence de gestion basée sur son histoire de milliers d’années.

Henry Kissinger a affirmé que la Chine est un partenaire potentiel pour la construction de l’ordre global. Or, le monde entrerait dans les conflits. De ce fait, les Etats-Unis ne doivent pas chercher partout des alliances pour provoquer des conflits avec la Chine. Pour lui, en cas de guerre, ni les Etats-Unis ni la Chine n’a besoin d’alliance.

Selon Henry Kissinger, la paix et la prospérité du monde dépend des efforts communs des deux pays. Ils ne peuvent pas parvenir toujours à des consensus, mais ils doivent au moins contrôler leur divergence. Il faut d’ailleurs fixer des objectifs pour rapprocher les deux parties.

Pour lui, les Chinois considèrent les politiques comme un long processus qu’il faut mettre en œuvre continuellement, alors que les Américains pragmatiques préfèrent voir l’effet immédiat. Lors des négociations, les Etats-Unis cherchent toujours à régler des problèmes dans un court délai, tandis que la Chine a un objectif à long terme. Il a conclu que les deux parties doivent apprendre à se connaitre mutuellement.

Partager

Articles les plus lus