Commentaire : l’innovation, force motrice du développement durable de Chine

RCI 2018-10-03 17:45:05
Comment
Share
Share this with Close
Messenger Messenger Pinterest LinkedIn WeChat

Commentaire : l’innovation, force motrice du développement durable de Chine

« Grandis chaque jour, améliore-toi pas après pas, perfectionne-toi à chaque inspiration. » Tel est la recommandation du « livre des rites », recueil confucéen date d’il y a plus de 2000 ans. Cette citation a souvent été reprise par des dirigeants chinois pour souligner l’importance de l’innovation.

Dans l’histoire de la civilisation humaine, la Chine a été pionnière dans le domaine de l’astronomie, du calendrier, de la navigation, des mathématiques, de l’art militaire. Les «quatre grandes inventions» de la Chine antique en sont les plus reconnus par le reste du monde, à savoir le papier, la boussole, la poudre à canon et l’imprimerie. Pendant la période moderne, l’innovation technologique chinoise a pris du retard à cause du déclin économique et des invasions des puissances étrangères. Après la fondation de la République populaire de Chine en 1949, malgré le blocus économique et technologique, les scientifiques chinois ont travaillé d’arrache-pied pendant environs vingt ans pour réaliser des percées technologiques, dont les très symboliques "deux bombes et un satellite".

La Chine applique la réforme et l’ouverture depuis 40 ans. Ce sont 40 ans d’innovation. Ces dernières années, grâce à la stratégie nationale du développement ayant l’innovation comme motrice, les Chinois manifestent leur talent et leur créativité. Mise en service en 2010, le sous-marin habité « Jiaolong », capable de plonger au-delà de 7 000 mètres a battu plusieurs records du monde ; le satellite « Wukong » destinée à l’étude de la matière noire a été lancé en 2015 ; le plus grand radiotélescope du monde « l’œil céleste » est en service depuis 2016 dans le Guizhou (sud-ouest du pays); en même année a été lancé le satellite de communication quantique « Mozi » ; mai 2017, le C919, premier avion de ligne gros porteur chinois a effectué son premier vol d’essai. A cela ajoutent le train à grande vitesse chinois, la première extraction d’hydrate de gaz naturel sur les eaux de la mer de Chine méridionale, la culture du riz au sol salin-alcalin ainsi que les paiements mobiles d’Alipay et de WeChat.

Selon les statistiques de 2017, la contribution scientifique et technologique à la croissance économique est à la hauteur de 57,5%, proche de l'objectif de 60% en 2020. Le nombre de demandes de brevet s'élève à 1,38 million, au premier rang mondial pendant 7 années consécutives. Les investissements dans la recherche et le développement ont atteint 1 750 milliards de yuans par an, soit 2,12% du PIB. En 2018, la Chine entre pour la première fois dans le top 20 de l'indice mondial de l'innovation établi par l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle.

Commentaire : l’innovation, force motrice du développement durable de Chine

La société humaine connaît actuellement la quatrième révolution industrielle. Il s'agit d'une révolution technologique dominée par l'intelligence artificielle, les énergies propres, la robotique, les technologies de l'information quantique, la réalité virtuelle et les biotechnologies.

Selon certains critiques, la Chine est à bord du premier train de cette nouvelle révolution industrielle, mais elle n'est pas dans le premier wagon du train. Il est vrai que la Chine dépend toujours des importations étrangères pour ce qui concerne le moteur aéronautique et les composants électroniques, et que le niveau de développement économique et technologique varie d’une région à une autre dans le pays.

Pourtant la Chine se tient à l’indépendance technologique et fait valoir son atout de la « centralisation », c’est-à-dire concentrer ses ressources pour des projets d’importance majeure. Prenons l'exemple du système de navigation « Beidou », il y a dix ans, les composants, les modules et les logiciels des terminaux de navigation dépendaient des importations, alors qu’aujourd'hui, les principaux composants du système « Beidou » ont été produits en Chine et exportés vers plus de 80 pays et régions.

Ces dernières années, le gouvernement, les entreprises et les établissements de recherche se donnent la tâche de répondre aux aspirations du peuple, et consacrent des efforts considérables pour accélérer l’exploitation commerciale des réalisations scientifiques, qui pourront servir et améliorer le quotidien de la population.  

Récemment Klaus Schwab, fondateur et président du Forum économique mondial a déclaré que la Chine est sur la bonne voie pour bâtir une société innovante. Selon la Fondation nationale pour la science des Etats-Unis, la Chine est le deuxième pays du monde en matière de la recherche et le développement, ses dépenses annuelles dans le domaine sont proches du total des pays membres de l'UE.

Avec l’approfondissement de la mondialisation, aucun pays ne peut résoudre seul toutes les difficultés d'innovation. Le président chinois Xi Jinping avait déclaré plus tôt dans l’année devant des scientifiques que la Chine poursuivrait la voie de l'innovation indépendante, s'intégrerait au réseau mondial, participerait de façon plus engagée à la gouvernance mondiale des sciences et des technologies, apporterait la contribution chinoise au monde et s'efforcerait de bâtir une communauté de destin.

En conclusion, la Chine considère depuis longtemps l’innovation indépendante comme son principe du développement des sciences et de la technologie. En tant que pays de responsabilité, la Chine est disposée à coopérer étroitement avec la communauté internationale pour apporter de nouvelles contributions au progrès scientifique et technologique mondial et au développement humain.

Partager

Articles les plus lus