Prononciation chinoise

Le système du pinyin

1. La syllabe

Le pinyin est un système de transcription phonétique du chinois dont la syllabe est l'unité de base. En chinois, une syllabe est composée par trois parties: une consonne, une voyelle et un ton. En général, la prononciation d'un caractère correspond à une syllabe.

2. La consonne initiale

Elle se place au début d'une syllabe. Le chinois compte 23 consonnes:

 b  p m  f  d  t  n  l  g  k  h  j  q  x  zh  ch  sh  r  z  c  s  y  w.

3. La voyelle

Elle se place après la consonne initiale. Dans la langue chinoise, les voyelles se composent ou bien d'une seule voyelle simple, ou bien d'une voyelle précédée d'une « semi-voyelle ». Elle se terminent parfois en « n » ou, plus nasal, en « ng ». Le chinois compte 36 voyelles:

 a  o  e  i  u  ü  ai   ei  ui   ao  ou   iu   ie  üe   an   en   in   un   ün   ang  eng  ing  ong  er   ia  iao   ian  iang  iong   ua   uo   uai   uan  uang  ueng   üan.

4. Syllabe unifiée

En chinois, certaines syllabes sont considérées comme des « entité » à prononcer sans avoir besoin de séparer la voyelle de la consonne initiale. On les appelle syllabes unifiées. On en trouve 16:

 zhi  chi  shi  ri  zi  ci  si  ye  yi  yin  ying  wu  yu  yue  yun  yuan.

5. La syllabe sans consonne initiale

En outre, certaines syllabes n'ont pas de consonne initiale, on les appelle « syllabe sans consonne initiale », par exemple:

 ān 安 (sécurité);  a 啊 (ah)

Les règles de la transcription

En chinois, la transcription en pinyin d'un caractère est composé de façon générale de trois éléments: la consonne initiale, la voyelle et le ton. La transcription des consonnes initiales et des voyelles obéit aux règles suivantes:

1. Les consonnes initiales « j, q, x » ne peuvent que transcrire avec les voyelles qui commencent par « i » ou « ü ». Et quand « j, q, x » rencontrent « ü », celle-ci devient « u ». Par exemple:

 ji, qi, xi

 jia, qia, xia

 ju, qu, xu

 jue, que, xue

 jun, qun, xun

2. Pour les voyelles qui commencent par « i » ou « u », s'il n'y a pas de consonne initiale, il faut transformer « i » en « y », « u » en « w ». Par exemple:

 ia→ya   uo→wo

3. Quand « ui, un, iu, ü » sont pris comme le pinyin d'un caractère indépendant, il faut opérer le changement suivant:

 ui→wei   un→wen   iu→you   ü→yu

4. L'apostrophe

Quand une syllabe est suivie par une autre qui commence par « a », « o » ou « e », il faut utiliser l'apostrophe pour que les limites de syllabes ne se confondent pas. Par exemple:

 jī'è 饥饿 (la faim);   míng'é 名额 (nombre de personnes)

 jiè 借 (emprunter);   mín'gē 民歌 (chanson populaire)

Les règles de prononciation

1. Les tons essentiels

Dans la langue chinoise, le pinyin compte 4 tons essentiels.

Premier ton, ton haut et plat

Deuxième ton, ton montant

Troisième ton, ton bas descendant légèrement puis remontant

Quatrième ton, ton descendant

Les tons sont représentés par des signe placés au-dessus des voyelles du pinyin : ˉ、ˊ、ˇ、ˋ. Par exemple:

 qiāng, qiáng, qiǎng, qiàng

 tuī, tuí, tuǐ, tuì

Les différents tons d'une syllabe vont conditionner le sens.

2. Le ton neutre (ou ton léger)

En Chinois, de nombreuses syllabes ne sont pas accentuées, on parle alors de ton « neutre » ou « léger », indiqué par l'absence de marque sur la voyelle.

 hǎo ma? 好吗 (Ca va?)

 bō li 玻璃 (une glace en verre)

3. Les variations de ton

En chinois, quand deux syllabes se suivent, leurs tons vont parfois varier par souci de musicalité de la phrase. Ces variations obéissent à trois types de règles.

Quand deux troisième tons se suivent, la première syllabe est prononcée comme un deuxième ton. Par exemple: bonjour, 你好 « nǐ hǎo », est en fait prononcé « ní hǎo ».

Quand le troisième ton précède une syllabe aux premier, deuxième, quatrième tons et à la plupart des tons légers, il est prononcé comme « demi-troisième ton », c'est-à-dire un ton qui descend légèrement (il descend moins qu'un 4ème ton). Par exemple:

 lǎo shī 老师 (le professeur)

 yǔ yán 语言 (la langue)

Dans la langue chinoise, «不» (ne... pas) et «一» (un) connaissent des variations spéciales de ton. «不» (bù, « ne... pas »), lors qu'il précède une syllabe au quatrième ton (ou une syllabe au ton léger dont le ton original est un quatrième ton), se prononce au deuxième ton « bú ». La même règle s'applique à «一» (yī, « un »). Par exemple:

 bú shì 不是 « ne pas être »;   yí gè 一个 « un + spécificatif »

Lors qu'ils précèdent une syllabe aux premier, deuxième ou troisième tons, «不» et «一» se prononcent bien au quatrième ton, « bù » et « yī ». Par exemple:

 bù shuō 不说 « ne pas parler »;   bù lái 不来 « ne pas venir »;   bù hǎo 不好 « pas bien »

 yì tiān 一天 « un jour »;   yì nián 一年 « un an »;   yì qǐ 一起 « ensemble »

4. Le suffixe 儿 "er"

Le suffixe 儿 « e r» est souvent ajoutée à une autre syllabe finale. Dès lors il n'est plus considéré comme une syllabe indépendante. Le suffixe s'écrit en ajoutant "r" à la finale originale. Par exemple:

 gēr 歌儿 (la chanson);   huār 花儿 (la fleur)

Si les voyelles finissent par « i » ou « n », ces deux voyelles ne se prononcent pas. Par exemple:

 xiǎo háir 小孩儿 (l'enfant);   wánr 玩儿 (s'amuser)

洪恩教育科技有限公司 协助开发

Avec le partenariat de la S.A.R.L Human d'Education, de Science et de Technologie.