Rémy Rioux : l'AFD apprécie les progrès de la Chine en matière de transition écologique et promouvra la coopération franco-chinoise en marchés tiers

RCI 2019-05-29 21:42:48
Comment
Share
Share this with Close
Messenger Messenger Pinterest LinkedIn WeChat

Rémy Rioux : l'AFD apprécie les progrès de la Chine en matière de transition écologique et promouvra la coopération franco-chinoise en marchés tiers

M.Rémy Rioux, directeur général de l’Agence Française de Développement (AFD), a achevé le 29 mai une visite de quatre jours en Chine, pour faire une évaluation sur les projets de l’AFD menés en collaboration avec la Chine et engager des discussions sur les perspectives pour l’approfondissement de cette coopération.

Lors d’une conférence de presse organisée le 28 mai à Beijing, il a dit apprécier les progrès qu’enregitre la Chine en matière de transition écologique ces dernières années. Il s’agissait de sa troisième visite en Chine en trois ans. D’après lui, cette visite avait deux objectifs: «Le premier était de consolider les relations de l’AFD avec les acteurs chinois autour des enjeux du climat et de la biodiversité. Quant au deuxième objectif, c’était de faire progresser le partenariat franco-chinois en marchés tiers avec la construction en commun des projets.»

Présente en Chine depuis 2004, l’AFD n’a cessé de développer des actions de coopération dans les domaines de l’environnement, du climat et du développement durable. Jusqu’à la fin du mois d’avril 2019, elle est intervenue en Chine dans 38 projets, dont 20 ont été achevés aujourd’hui et représentent un montant d’engagements cumulés de plus de 1,6 milliard d’euros.

M. Rioux a participé, durant sa visite en Chine, à la signature de trois conventions de partenariat à hauteur de 250 millions d’euros. Précisément, ses rencontres avec la Commission nationale du Développement et de la Réforme et le Ministère chinois des Finances ont donné lieu à deux signatures de conventions: un prêt de 50 millions d’euros pour le projet de conservation et de valorisation du patrimoine naturel et culturel de Hezhou dans la province du Guangxi, ainsi qu’un prêt de 100 millions d’euros dans l’intérêt de l’amélioration de la prise en charge du vieillissement de la population dans la province du Guizhou. D’ailleurs, l’AFD a signé son premier prêt non souverain en Chine avec la Banque de Nanjing pour un montant équivalent à 100 millions d’euros dédié au financement d’investissements verts en particulier dans les aspects de la protection des écosystèmes, de l’exploitation des énergies renouvelables et de l’amélioration de l’efficacité énergétique. Rémy Rioux nous a confirmé: « L’AFD cherchera d’autres financements de ce type en Chine. Au-delà des montants, c’est surtout toutes les expertises et tous les liens que nous construisons entre la Chine et la France qui comptent plus.»

La 15e Conférence des Parties à la « Convention sur la diversité biologique » des Nations Unies se tiendra à Kunming en 2020. Pendant la visite de Rémy Rioux en Chine, l'AFD a discuté avec le Ministère chinois de l'Ecologie et de l'Environnement des préparatifs de la conférence. M. Rioux a d’ailleurs dirigé une délégation visitant les projets de protection des zones humides et du patrimoine culturel urbain au bourg Qi, dans la province du Shanxi. Parlant des projets de biodiversité de l'AFD en Chine, M. Rioux a souligné : « La Chine est le pays qui compte le plus grand nombre de projets soutenus par l'AFD en termes de biodiversité dans le monde entier. Depuis 2010, nous avons soutenu et développé en commun une dizaine de projets de biodiversité dans huit provinces chinoises, notamment en ce qui concerne le reboisement, la restauration des zones humides, les politiques des parcs nationaux et les projets de conservation de la biodiversité urbaine. »

Rémy Rioux s’est entretenu, à l’occasion de sa visite, avec la Banque de développement de Chine, un partenaire essentiel de l’AFD, dans la mise en œuvre de coopérations concrètes en marchés tiers. Les deux parties ont signé en 2018 un mémorandum d’entente relatif à ce sujet. A ce titre, plusieurs opérations de cofinancement avec la Banque de développement de Chine sont en cours d’instruction, et leur coopération en matière de financement du climat se poursuit. Rémy Rioux a indiqué: « A la demande des autorités sénégalaises, nous étudions et travaillons avec la Banque de développement de Chine sur un projet d’assainissement de la décharge industrielle qui se déroulera à Dakar, au Sénégal. Nous mettrons en œuvre un co-financement en fonction des conditions locales. »

Rémy Rioux avait travaillé comme négociateur français en matière de financement du climat pour la Conférence Paris Climat 2015 (COP21). Il a bien noté que le rôle crucial que la Chine a joué dans les négociations tout au long de cette conférence, ainsi que ses engagements sur sa contribution déterminée au niveau national. Il a exprimé son appréciation de l’augmentation des investissements verts de la Chine ces dernières années et des résultatsfructueux: «Je vois surtout l’augmentation des investissements verts de la Banque de développement de Chine d’année en année, dont ses investissements destinés à lutter contre le changement climatique sont considérables. Avec nos partenaires chinois, nous travaillons sur nos biens communs, et cherchons des solutions ensemble sur les grands problèmes de la planète. Par ce dialogue, ces échanges et ces liens entre la France et la Chine, la France trouve son intérêt. Elle a intérêt que la Chine réussisse ses transitions écologiques et économiques. Ce qui est plus fondamental, c’est que la France peut s’inspirer des innovations de la Chine et de ses façons de faire pour sa propre transition.»

(Journaliste: Fan Tingyu)

Partager

Articles les plus lus