Commentaire : abandon des idées préconçues, préalable au dialogue et à la coopération

RCI 2019-10-25 18:10:12
Comment
Share
Share this with Close
Messenger Messenger Pinterest LinkedIn WeChat

Le vice-président américain Mike Pence a prononcé, le 24 octobre, à Woodrow Wilson International Center for Scholars, à Washington, un discours centré sur des questions liées à la Chine. Des questions concernant notamment, le commerce, la situation militaire, les droits de l’homme, la religion. Comparé à son discours du même genre prononcé un an plus tôt à Hudson Institute, il se remarque que le vice-président américain joue cette fois-ci le même air: en exagérant le rôle des Etats-Unis sur les questions chinoises, accusant, sans aucune raison valable, la Chine, sous prétexte de liberté et démocratie. Il a également envoyé un signal de la part des Etats-Unis pour le dialogue et la coopération avec la Chine.

«La restructuration de la Chine» a été un sujet clé du discours de Mike Pence de l’année dernière. Ce propos extrêmement exagéré, qui nie complètement la nature fondamentale des bénéfices-réciproques et gagnant-gagnant, a également été mentionné cette année. En fait, durant les 40 dernières années, la Chine et les Etats-Unis sont devenus partenaires commerciaux et investisseurs les plus importants, et ont tous deux bénéficié énormément des coopérations bilatérales. D’après le rapport du Conseil commercial Etats-Unis-Chine, les exportations américaines vers la Chine a supporté plus de 11 millions de postes d’emplois aux Etats-Unis entre 2009 et 2018. De l’autre côté, les capitaux, les technologies et les marchés américains ont évidemment joué un rôle très important dans le développement de la Chine et l’amélioration de la vie des Chinois, mais le succès de la voie de développement chinois dépend au fond de l’application de la politique de réforme et d’ouverture, et le travail d’arrache-pied du peuple chinois. Ceci n’a rien à voir avec la soi-disant «restructuration de la Chine».

Certains Américains se posent en défenseur des droits de l’homme, et critiquent la politique chinoise à l’égard du Xinjiang. Mike Pence a aussi jasé sur ce sujet, accusant la Chine d’étouffer les droits de l’homme et la liberté religieuse au Xinjiang. En réalité, le fait que le gouvernement chinois prend des mesures nécessaires pour maintenir la stabilité sociale et lutter contre le terrorisme en vertu de la loi, c’est juste une façon concrète pour défendre au maximum les droits de l’homme au Xinjiang. En moyenne, 530 musulmans partagent une mosquée au Xinjiang. Environ 24.400 mosquées assurent confortablement la liberté religieuse des habitants du Xinjiang. A noter que, la Constitution chinoise garantit que les citoyens chinois bénéficient pleinement de leurs libertés religieuses, mais ne permette absolument pas à aucune personne de saboter l’ordre social, nuire à la santé des citoyens, ou entraver l’exercice du système national d’éducation. C’est une méthode légitime que tous les pays de droits pratiquent.

Quant à la question de Hong Kong, des violences meurtrières éclatées récemment ont dépassé de loin la limite de la liberté d’expression et la manifestation pacifique, qui ont défié de manière flagrante l’autorité du gouvernement central tout en dépassant la limite du principe d’«un Etat, deux systèmes». La police de Hong Kong a fait preuve de retenue extraordinaire dans le traitement, conformément à la loi, des actes violents, en sauvegardant la stabilité sociale et la dignité de la société de droit de Hong Kong. Mike Pence, en ignorant tous ces efforts, a exprimé son soutien aux éléments violents de Hong Kong, ce qui a non seulement constitué un acte d’ingérence dans les affaires intérieures de la Chine, mais aussi violé les lois internationales et les principes fondamentaux en matière des relations internationales.

A noter que dans la dernière partie de son discours, Mike Pence a dit que la partie américaine était prête, et souhaitait ouvrir un nouveau futur avec la Chine. Ce propos a envoyé un signal positif qui favorisera la résolution par voie de dialogue et de négociation des questions entre la Chine et les Etats-Unis.

Quelques jours avant le discours de Mike Pence, la Chine et les Etats-Unis étaient parvenus à un progrès pragmatique dans le nouveau cycle de consultations économiques et commerciales, ce qui a posé les bases de la signature d’un accord périodique. Dans ce contexte, les deux parties doivent, se basant sur l’égalité et le respect mutuel, résoudre les préoccupations clés de l’autre partie, créer un bon environnement, afin de réaliser des objectifs communs. A l’opposé des efforts que les deux parties doivent déployer actuellement, plusieurs sujets mentionnés par Mike Pence dans son discours ont touché les principes indicatifs fondamentaux des relations sino-américaines, tels que le respect mutuel de souveraineté et l’intégrité territoriale, non-intervention mutuelle dans les affaires intérieures. Pourtant, sa volonté de dialoguer et coopérer aidera les deux parties à avancer vers la résolution des problèmes.

Les négociations économiques et commerciales sino-américaines entrent maintenant dans une phase cruciale. Il faut que les deux parties abandonnent des idées préconçues et des divergences, laissent le bon sens et le consensus gagner plus de terrain. A ce stade, les deux parties devront également mettre en avant ce qui nous rapproche plutôt que ce qui nous divise et aller dans le même sens, en gérant les divergences sur la base de respect mutuel, étendant les coopérations sur la base de bénéfices réciproques, afin de parvenir à un choix commun qui sera bénéfique à la Chine, aux Etats-Unis, et au monde entier.

Partager

Articles les plus lus