La «Chine verte» améliore la civilisation écologique mondiale

RCI 2019-10-07 19:31:41
Comment
Share
Share this with Close
Messenger Messenger Pinterest LinkedIn WeChat

Les données d’observation des deux satellites pour la Terre, publiées en février 2019 par l’Agence spatiale américaine, montrent que la Terre est plus verte qu’il y a 20 ans!.

Cette verdure trouve ses explications dans le reboisement effectué en Chine et en Inde, et aussi dans l’agriculture intensive. De 2000 à 2017, la superficie verte mondiale s’est élargie de 5%. Et l’augmentation de la couverture végétale en Chine représente plus de 25% de l’augmentation totale de la couverture végétale mondiale. Par apport à la contribution mondiale de la Chine en termes de la couverture végétale, le reboisement représente 42%.

Ces dernières années, la Chine a élaboré et révisé successivement neuf lois écologiques et environnementales et plus de vingt règlements administratifs afin de former un système de lois et de règlements couvrant des domaines environnementaux tels que l’atmosphère, l’eau, le sol, l’écologie naturelle et la sécurité nucléaire.

En 2015, la Chine a commencé à mettre en œuvre la nouvelle loi de protection d’environnement, «la plus stricte» de l’histoire. Ceci s’explique par deux éléments. Il y a d’une part, l’absence de limitation des sanctions infligées aux entreprises qui enfreignent la loi et d’autre part, le fait que les fonctionnaires ayant enfreint la loi sur l’environnement, après avoir quitté leurs emplois, sont toujours poursuivis. Ces dispositions permettent de lutter efficacement contre les infractions liées à la destruction de l’environnement.

Le changement climatique est le défi commun auquel l’humanité toute entière se bat. D’où, la construction de la civilisation écologique exige d’une participation mondiale.

En tant que grande puissance responsable, la Chine poursuit toujours son élan d’élargissement de la coopération internationale en matière de lutte contre le changement climatique. Pour ce faire, la Chine a déjà ratifié et mis en œuvre plus de 30 conventions ou protocoles multilatéraux relatifs à l’écologie et à l’environnement; Elle a pris part activement à la gouvernance environnementale mondiale et a été la première à publier le «Programme national de la Chine pour la mise en œuvre de l’agenda 2030 pour le développement durable».

Lors du sommet des Nations unies sur l’action pour le climat qui s’est tenu fin septembre, la Chine a clairement exprimé sa volonté d’honorer sérieusement ses obligations stipulées dans la «Convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique» et l’«Accord de Paris», et de réaliser les objectifs de contribution autonome qu’elle a soumis dans les délais. En même temps, la partie chinoise a souligné que la lutte contre le changement climatique doit tenir au multilatéralisme et respecter les principes fondamentaux des «responsabilités communes mais différenciées». Cela témoigne de la détermination et du sens de responsabilité d’une grande puissance.

Partager

Articles les plus lus