Commentaire : C’est une illusion de presser le retrait des entreprises américaines installées en Chine par moyens administratifs

RCI 2019-08-25 22:14:11
Comment
Share
Share this with Close
Messenger Messenger Pinterest LinkedIn WeChat

La Chine est obligée de prendre des contre-mesures concrètes à la suite de l’annonce, par les Etats-Unis, de 10% des droits de douane supplémentaires sur les exportations chinoises vers les Etats-Unis pour un montant de 300 milliards de dollars américains. Certains Américains ont ainsi exigé des entreprises américaines, soit de quitter la Chine, soit de trouver des projets de remplacement, soit encore de réinvestir aux Etats-Unis. Des propos qui vont à l’encontre des règles de l’économie du marché. Comme il fallait s’y attendre, le milieu économique américain s’est fermement opposé aux propos de ces personnalités américaines.

La Chine est un énorme marché avec près de 1,4 milliard de consommateurs. Avec sa classe moyenne, qui ne cesse de s’élargir, une remarquable main-d’œuvre de plusieurs centaines de millions, des infrastructures modernes et une industrie manufacturière la plus complète du monde, le marché chinois, doté par ailleurs d’un dynamisme spécifique, a permis à des multinationales de bénéficier d’énormes profits. Rien qu’en 2017 par exemple, la vente des entreprises américaines installées en Chine s’est élevée à quelque 700 milliards de dollars et les bénéfices réalisés étaient de plus de 50 milliards de dollars.

Selon le rapport 2018 de Goldman Sachs, le coût de production de la société Apple s’accroîtra de 37% au cas où elle déciderait de faire retourner sa chaîne de fabrication et d’assemblage aux Etats-Unis.

Deuxièmement, face au courant inverse qu’est le protectionnisme, la Chine assouplit considérablement ses normes d’accès au marché en faveur des investissements étrangers, fait avancer le secteur des services, accélère l’ouverture du secteur financier et renforce la protection des propriétés intellectuelles. Des mesures qui ne font que raffermir la confiance des entreprises à capitaux étrangers. Dans un rapport publié en 2018, la Banque mondiale a classé la Chine à la 32e place mondiale des pays dont l’environnement des affaires est propice aux investissements. Autrement dit, la Chine est parmi les économies qui réalisent plus de progrès. A ce sujet, il serait inimaginable, pour les entreprises étrangères qui souhaitent quitter le marché chinois, en pensant qu’elles trouveront d’autres marchés aussi importants que la Chine où elles disposaient d’énormes possibilités de se créer des richesses.

Du coup, dans ce contexte caractérisé par la baisse des investissements directs étrangers sur le plan mondial pendant trois ans d’affilée, plus de 24 000 entreprises à capitaux étrangers se sont implantées en Chine depuis les sept premiers mois de cette année. Les chiffres des investissements étrangers effectivement utilisés s’élèvent à 533, 14 milliards de yuans, soit une croissance de 7, 3% en glissement annuel. Le géant américain dans le domaine du matériel médical Thermo Fisher a récemment investi dans la zone de hautes et nouvelles technologies à Suzhou, en Chine. Le spécialiste américain en matière de traitement d’eau Pentair a augmenté ses investissements de 6 millions de dollars à l’égard de la vente et du marketing… Un signal positif qui prouve que les entreprises américaines voient le marché chinois d’un bon œil.

Des personnalités éminentes indiquent qu’à vrai dire, la perte des industries manufacturière et la montée du déficit commercial aux Etats-Unis résultent des maladies de leur structure économique. Et ces maladies ne peuvent pas être guéries par l'imposition des droits de douane suplémentaies et l'exerce des pressions extrêmes. Ces mesures ne pourraient faire quitter la Chine aux entreprises américaines, bien au contraire, elles pourraient obliger “la fabrication américaine” de quitter le territoire américain. Un résultat que certains Américains ne s’y attendaient pas.

       

Partager

Articles les plus lus