Commentaire : Mettre en œuvre des contre-mesures précises avec une retenue rationnelle

RCI 2019-08-24 09:58:07
Comment
Share
Share this with Close
Messenger Messenger Pinterest LinkedIn WeChat

En réponse à l’imposition récente des droits de douane supplémentaires de 10%, annoncées par les Etats-Unis, sur les produits chinois d’une valeur d’environ 300 milliards de dollars, la Chine a déclaré, vendredi 23 août, que conformément aux lois et règlements en vigueur en Chine et aux principes fondamentaux du droit international, la Chine imposerait des droits de douane supplémentaires variés entre 10% et 5% sur 5 078 catégories des importations américaines d'une valeur d'environ 75 milliards de dollars, appliqués en deux lots respectivement à partir du 1er septembre et du 15 décembre de cette année. La Chine reprendra l'imposition de droits de douane supplémentaires de 25% ou 5% sur les véhicules et les pièces automobiles fabriqués aux Etats-Unis à partir du 15 décembre.

Il s’agit des contre-mesures nécessaires que la Chine est obligée de prendre pour lutter contre l'unilatéralisme et le protectionnisme commercial des Etats-Unis. Aux Etats-Unis, certaines personnes pratiquent la politique du bâton des droits de douane, ce qui constitue une grave violation des consensus entre les chefs d'État chinois et américain parvenus lors de leurs rencontres en Argentine et à Osaka, à l’encontre de la bonne voie de résolution des différends par le biais de consultations, ce qui a conduit à l’escalade continue des frictions commerciales sino-américaines. Les contre-mesures de la Chine sont raisonnables et justifiées, ce qui démontre encore par des mesures concrètes que toute pression extrême est inutile pour la Chine et que la Chine joint son geste à la parole.

Sur les mesures concrètes, la contre-mesure chinoise est précise et rationnelle. En prenant comme exemple les produits agricoles, la Chine est le plus grand marché d'outre-mer des Etats-Unis. En 2017, 57% de soja américain exporté ont été vendus à la Chine, mais depuis 2018, en raison de multiples séries de l’imposition des droits de douane supplémentaires imposés par les Etats-Unis et les contre-mesures prises par la Chine, les exportations de soja des Etats-Unis vers la Chine ont fortement chuté pour atteindre 17,9% de leurs exportations totales. Selon les estimations du Département de l'agriculture des Etats-Unis, au cours de l'année de vente qui se terminera le 31 août, les stocks de soja aux Etats-Unis atteindront un nouveau record historique. Cette fois-ci, à cause de l’imposition des droits de douane supplémentaires, le soja américain perdra son avantage de prix et il deviendra plus difficile pour son entrée dans le marché chinois. Ce résultat est regrettable.

En outre, le pétrole brut américain a été inscrit pour la première fois sur la liste de la contre-mesure chinoise. L'année dernière, les Etats-Unis sont devenus le premier producteur mondial de pétrole et la Chine est sa troisième destination d'exportation de pétrole brut, soit 11%. Depuis 2019, la part des importations de la Chine a chuté à 2,6%, ce qui est due aux frictions commerciales avec les Etats-Unis. Le pétrole brut américain soumis à des droits de douane supplémentaires perdra sans aucun doute son avantage concurrentiel sur le marché chinois et nuira aux intérêts des sociétés pétrolières américaines.

En tant que premier marché automobile mondial, la Chine a considérablement réduit les droits d'importation sur les véhicules et les pièces détachées automobiles depuis le 1er juillet 2018. Toutefois, les fabricants américains de pièces et d'accessoires n'en ont pas bénéficié, mais ont été victimes de multiples séries de l’imposition des droits supplémentaires imposés par les Etats-Unis. Ces derniers ont, à plusieurs reprises, fait escalader les frictions commerciales et ont agi à l’encontre du consensus des deux chefs d'État. La Chine doit rétablir les droits de douane sur les véhicules américains et leurs pièces détachées, et les constructeurs automobiles américains sont encore une fois devenus victimes de la guerre commerciale.

Seulement deux heures après la publication des contre-mesures chinoises, le conseiller commercial à la Maison Blanche, Peter Navarro, a exprimé sa position, selon laquelle l'ampleur de la contre-mesure chinoise "n'est pas ce dont le marché boursier devrait être inquiet". Mais en réalité, les trois principaux indices boursiers américains ont chuté après l'ouverture, pour expliquer les préoccupations du marché face à l'escalade des frictions commerciales entre la Chine et les États-Unis.

Il n’y a pas de gagnant dans une guerre commerciale. Lorsque la Chine a décidé d’appliquer des contre-mesures, la partie chinoise tient à ce que les intérêts de son peuple soit au centre des préoccupations, tout en tenant pleinement compte des facteurs du bien-être du peuple et de la capacité de la résistance de ses entreprises. Sur cette base, la Chine a décidé d'exclure, dans la liste des droits de douane, certains produits importés des Etats-Unis liés à la santé de la population, tout en continuant d'éliminer des produits américains pour les droits de douane supplémentaires. Cela montre bien que les contre-mesures chinoises sont rationnellement restreintes dans le but de réduire l’impact de la mise en œuvre de ces mesures sur son peuple et ses entreprises.

Pour la guerre commerciale, la Chine a déclaré à plusieurs reprises son attitude : elle ne veut pas se battre, n'a pas peur de se battre et doit se battre si nécessaire. Les contre-mesures de cette fois-ci montrent que l’attitude de la Chine n’a pas changé. En ce qui concerne les différends économiques et commerciaux sino-américains, la Chine est disposée à adopter une approche coopérative pour les résoudre, mais elle ne cédera jamais sur des questions de principe majeures et tiendra compagnie jusqu’à la fin de la pression douanière. Les Etats-Unis ne devront en faire aucun jugement erroné !

Partager

Articles les plus lus