Commentaire : Twitter et Facebook deviennent-ils une nouvelle fois l’outil politique ?

RCI 2019-08-21 22:09:34
Comment
Share
Share this with Close
Messenger Messenger Pinterest LinkedIn WeChat

Il n’y a pas longtemps, Twitter et Facebook ont fermé près d’un millier de comptes actifs, prétextant qu’ils divulguaient de fausses informations sur les manifestations qui se déroulent à Hongkong et que le gouvernement chinois était derrière ces comptes.

Suspendus pour avoir publié deux types de contenus que Twitter et Facebook jugent «contrevenants». L’un s’opposait aux émeutiers qui ont attaqué le Conseil législatif et la police et perturbé les transports en commun. Le deuxième sur le soutien à la police de Hongkong, l’encourageant de poursuivre les émeutiers jusque dans leur dernier retranchement. Ces informations et des images véridiques ont été considérées comme de "fausses nouvelles" par Twitter et Facebook. Certains comptes ont été bloqués juste pour avoir posté un ou deux commentaires critiquant des extrémistes ou simplement pour avoir «liker» les commentaires du genre.

Au contraire, ces deux réseaux sociaux sont largement indulgents à toutes les informations discréditant la police de Hong Kong, camouflant les violences ou condamnant le gouvernement chinois. Ils laissent également les activistes violents se servir de leurs plateformes pour planifier des opérations. Ce double jeu a déjà lésé la justice et porté atteinte à la moralité. Objectif poursuivi par ces plateformes est de ranger aux côtés des émeutiers afin de perturber l’ordre de Hongkong.

En fait, Twitter et Facebook ne sont pas à leur première expérience, revendiquant «liberté d’expression» et «neutralité technique», ces plateformes s’affichent comme des outils politiques des Etats-Unis. On se souvient qu’à l’époque où Hillary Clinton fut secrétaire d’État américain, alors que l’Iran était sur le point de plonger dans le chaos, avec éventuellement le renversement de son gouvernement- Twitter avait délibérément retardé de 24 heures, la mise à jour de son système, au motif de faciliter l’organisation des manifestations hostiles au gouvernement iranien. Encore, patronne de la diplomatie américaine, Hillary Clinton avait défendu cette pratique, la qualifiant de «modèle essentiel de la diplomatie à l’ère de l’Internet». C’est ce qui fait dire que Twitter et Facebook œuvrent depuis longtemps en tant qu’outil de la politique américaine.

Fidèles à leurs habitudes, qui peut encore croire aux prétextes de ces deux géants américains de réseaux sociaux, lorsqu’ils prétendent dire que ce sont les autorités chinoises qui soutiennent la campagne sur les réseaux sociaux!

Twitter et Facebook ne doivent pas sous-estimer le pouvoir spontané des Chinois qui aiment le pays et Hongkong. Ils émettent un ton très fort sur internet pour sauvegarder l’unité nationale, condamner les violences et soutenir le rétablissement de l’ordre à Hongkong. Loin d’être un comportement organisationnel du gouvernement, les messages de soutiens à la police de Hong Kong sont des faits réels dont le peuple lui-même en est l’auteur.

Et une fois de plus, les Etats-Unis ont prouvé que la liberté d’expression, la démocratie et la justice ne sont que des cartes à jouer pour leurs hommes politiques.

Partager

Articles les plus lus