Commentaire : Le rapport du FMI dément la fausse accusation des Etats-Unis

RCI 2019-08-11 21:10:52
Comment
Share
Share this with Close
Messenger Messenger Pinterest LinkedIn WeChat

Le Fonds monétaire international (FMI) vient de publier son rapport annuel Article IV sur la Chine. Le document fait constat d’une baisse de l’excédent des comptes courants de la Chine en 2018 et affirme que les taux de change de la monnaie chinoise se maintiennent à des niveaux conformes avec les fondamentaux économiques du pays. Ce qui signifie que l’accusation sur la «manipulation des changes» lancée par les Etats-Unis à la Chine est totalement infondée et ne tient pas debout.

Institution ayant vocation de préserver la stabilité du système monétaire mondial, le FMI, aux termes de l’Article IV de ses Statuts, entreprend annuellement des consultations avec ses pays membres. En mai 2015 déjà, le fonds avait conclu que la valeur du yuan n’était pas dévaluée. A l’issue de ses consultations 2019 avec la Chine, l’organisation a soutenu que les taux de changes du yuan correspondaient dans l’ensemble à la situation générale de l’économie chinoise: il n’existe pas de surévaluation ni une dévaluation évidentes de la monnaie chinoise.

Le rapport FMI précise qu’en 2018, le poids de la balance positive des comptes courants dans le PIB chinois a été ramené à 0,4%, et devrait se maintenir autour de 0,5% en 2019. Ces résultats démentent spontanément la fausse accusation lancée par les Etats-Unis, selon laquelle la Chine aurait «manipulé» les taux de change de sa devise afin d’emporter des avantages dans une concurrence «déloyale». Le 9 août, lors d'une conference téléphonique adressée à la presse, le FMI s’est félicité des avancées faites par la Chine vers une plus grande flexibilité des taux de change, réitérant son soutien à la Chine dans ses efforts de gérer ses taux de change avec encore plus de souplesse.

Depuis 2005, la Chine applique un système des taux de change flottants, système supervisé prenant en considération le marché et un panier de devises. Des mesures de réforme ont permis d’améliorer la flexibilité du mécanisme de formation des taux de change. La Chine a toujours soutenu que les taux de change souples jouaient le rôle d’un «régulateur naturel» dans le contrôle macro-économique et vis-à-vis de la balance des paiements internationaux, d’autant plus que le système des taux de change flottants est l’un des moyens les plus performants pour se protéger contre les chocs venant de l’extérieur. Faisant preuve d’un grand sens de responsabilité et fidèle à ses engagements pris lors des sommets du G20, la 2e économie du monde n’a jamais recouru à la dévaluation compétitive pour réagir aux conflits commerciaux, jamais elle ne le fera.

La récente dévaluation du yuan n’est rien que le résultat des fluctuations sur le marché: personne n’ignore les inquiétudes croissantes qui hantent les marchés au fur et à mesure que les Etats-Unis provoquent dans le monde entier des frictions commerciales. Le paysage morose incite à se protéger des risques. Depuis plus d’un an que durent les négociations commerciales entre Beijing et Washington, les Américains ont fait maintes fois volte-face en menaçant de surtaxer les marchandises chinoises, ceci a eu des impacts très négatifs sur les prévisions du marché. Or, comme l’a remarqué The Economiste, la récente dévaluation de la monnaie chinoise face au dollar ne fait que traduire les réactions naturelles du marché à l’élévation des droits de douane américains. Le fait est que la Chine n’a pas voulu intervenir dans la dévaluation de sa monnaie, alors que le Département américain du Trésor parle de «manipulation». Ces propos qui enfreignent le sens commun sont tout à fait irresponsables. Les Etats-Unis ont joué la carte de la politique pour humilier le professionnalisme.

Commentant le rapport du FMI, plusieurs experts américains ont indiqué que le rapport prouvait que la Chine n’avait pas manipulé ses taux de change. Par contre, Washington a abusé de ses pouvoirs dans les systèmes financier et commercial internationaux pour agir de manière irresponsable à l’égard de la Chine.

Néanmoins, certains individus aux Etats-Unis continuent de brandir les bâtons de l’unilatéralisme et du protectionnisme. Ils ignorent les conclusions du FMI, une institution qui fait autorité, bafouent les règles multilatérales et les consensus internationaux et semblent déterminés à poursuivre leur chemin erroné. En calomniant obstinément la Chine, ils ne font que déstabiliser l’économie mondiale déjà souffrant d’incertitudes et nuire à l’intérêt de tous y compris d’eux-mêmes. Que ces gens-là comprennent la situation, se rappellent du sens commun et lisent attentivement le rapport du FMI, afin de traiter le problème des taux de change du yuan d’un œil objectif et scientifique, et revenir enfin sur la bonne voie qui mène vers le dénouement.



Partager

Articles les plus lus