Commentaire : On ne pourrait espérer un bon résultat dans les négociations avec un Etat non crédible

RCI 2019-08-03 21:10:52
Comment
Share
Share this with Close
Messenger Messenger Pinterest LinkedIn WeChat

La partie américaine ne cesse de surprendre avec sa position versatile. Alors que les deux parties, la Chine et les Etats-Unis venaient à peine de terminer, à Shanghai, le 12ème cycle de leurs négociations commerciales et économiques de haut niveau, Washington est encore revenu avec son bâton de tarifs douaniers.

Les Etats-Unis n’ont pas caché leurs intentions d’imposer, à partir du 1er septembre, 10% des droits de douane supplémentaires sur les produits d’exportation chinoise vers les Etats-Unis, d’une valeur totale de 300 milliards de dollars US tout en affirmant qu’ils souhaitent mener activement des dialogues avec la Chine en vue de parvenir à un accord économique et commercial global.

En clair, d’un côté les Etats-Unis remettent en cause les consensus atteints par les deux chefs d’Etat chinois et américain lors du sommet d’Osaka, et d’un autre côté, ils disent vouloir obtenir de bons résultats dans les négociations, une monstruosité apparente de certains politiciens américains, impossible à comprendre.

Il convient de retenir que la crédibilité est la base fondamentale de toute négociation. La question que tout le monde se pose est celle de savoir, comment les négociations sino-américaines aboutiront-elles, dès lors que l’un des partenaires, n’inspire pas confiance. Partenaire qui ne cesse de changer de position un peu à la manière d'un caméléon qui prend la couleur de la feuille sur laquelle il est posé?

Il est parfois bon de rappeler que cela fait plus d’une année que la Chine fait preuve d’une plus grande sincérité dans ces cycles de négociations. Alors que la partie américaine ne s’est fait qu’illustrer par contrevenir, à quatre reprises, aux consensus patiemment et durement obtenus. Comme il fallait s’y attendre, la logique rétrograde de la partie américaine a ramené les négociations commerciales, déjà avancées, au point de départ.

Rappel des faits

En février 2018, la Chine et les Etats-Unis sont parvenus à un consensus préliminaire sur l’élargissement des importations des produits agricoles et énergiques en provenance des Etats-Unis, un mois après, c’est-à-dire en mars 2018, la partie américaine va faire volte-face, en publiant son soi-disant «Rapport spécial 301», ce qui a valu l’annonce de l’imposition de 25% de tarifs douaniers supplémentaires sur les marchandises chinoises importées d’une valeur de 50 milliards de dollars US.

Deux mois après, très précisément le 19 mai 2018, les deux parties ont publié une déclaration conjointe, faisant savoir au monde entier leur volonté de ne pas entrer dans une guerre commerciale ouverte. Mais qu’elle n’a pas été la surprise? La Maison Blanche n’a pas attendu longtemps, juste 10 jours après, elle a annoncé tambours battant la poursuite de son plan concernant l’augmentation des tarifs douaniers sur les marchandises chinoises.

Juste après, les chefs d’Etats chinois et américain se sont mis d’accord, le 1er décembre 2018, lors de leur rencontre en Argentine, à l’occasion du Sommet du G20, sur la cessation de l’imposition mutuelle des droits de douane supplémentaire, et ont donné le feu-vert pour la reprise et l’accélération des négociations. L’objectif était de trouver un accord dans un délais de 90 jours. Ce modus vivendi devait permettre la suppression totale de tous les tarifs douaniers supplémentaires des deux parties. Recourant au vieux stratagème, la partie américaine avait encore surpris la communauté internationale. Elle exigeait sans cesse des prix excessifs, et a finalement réimposé des droits douaniers supplémentaires sur les marchandises chinoises importées d’une valeur de 200 milliards de dollars.

Tout récemment, le 29 juin 2019, lors du sommet du G20 d’Osaka, les deux chefs d’Etat ont accepté de relancer les consultations économiques et commerciales sur la base de l’égalité et du respect mutuel. Les Etats-Unis acceptaient de ne pas imposer davantage de tarifs douaniers sur les marchandises chinoises importées. Par la suite, les deux parties ont relancé leur 12ème cycle de consultation à Shanghai. Dans les déclarations publiées respectivement par la Chine et les Etats-Unis, les deux parties ont fait part des «échanges constructifs», et ont, par la même occasion, promis de poursuivre le prochain cycle de consultation, en septembre, aux Etats-Unis. Il n'a pas fallu attendre longtemps, 30 heures suffisaient pour que la partie américaine se dédise !

Il va sans dire que les palinodies choquantes des Etats-Unis n’ont permis le bon déroulement des négociations économiques et commerciales, dont ils doivent endosser l’entière responsabilité.

La partie chinoise est toujours d’avis que l’imposition des droits douaniers supplémentaires n’aidera pas à résoudre les problèms, seules les consultations pourront atténuer les divergences. La Chine ne craint ni la pression, ni la menace, elle est prête à affronter tout défi quel qu’il soit. Au cas où la partie américaine s’obstine à mettre en oeuvre sa politique des droits douaniers supplémentaires, elle sera obligée de prendre des contre-mesures pour tenir bon, dans le but de défendre les intérêts essentiels d’Etat et les intérêts fondamentaux du peuple. Tant que la partie américaine ne tiendra pas sa parole, un bon aboutissement des négociations restera peu probable.

Partager

Articles les plus lus