Commentaire : Maintenir l’élan de dialogue sur la base d’égalité et du respect mutuel

RCI 2019-07-31 23:04:53
Comment
Share
Share this with Close
Messenger Messenger Pinterest LinkedIn WeChat

Le 12e cycle de consultations économiques et commerciales de haut niveau entre la Chine et les Etats-Unis s'est clôturé mercredi 31 juillet à Shanghai. Durant ces deux jours de dialogue, conformément au consensus important parvenu par les chefs d'Etat des deux pays à Osaka, les deux parties ont eu des échanges francs, efficaces, constructifs et approfondis sur des questions majeures d'intérêt commun dans le domaine économique et commercial. Les deux parties ont également discuté de l'augmentation de l'achat de produits agricoles américains par la Chine, en fonction des besoins du marché chinois, et des conditions favorables offertes par la partie américaine concernant ces achats. Les deux parties ont convenu de tenir leur prochain cycle de consultations économiques et commerciales de haut niveau en septembre aux Etats-Unis.

Ce résultat n’est pas facile à obtenir. Depuis février 2018, la Chine et les États-Unis ont déjà mené 12 cycles de consultations et ont fait de grands progrès, après avoir vécu des vicissitudes.

L’histoire et la réalité prouvent à maintes reprises que personne ne sera gagnant dans une guerre commerciale. La coopération est l’unique option juste pour la Chine et les Etats-Unis. Lors de leur rencontre à Osaka, fin juin, les deux chefs d’Etat ont convenu de reprendre les consultations économiques et commerciales sur la base de l’égalité et du respect mutuel. Dans ce contexte, ce 12e cycle assure la continuité et le développement.

D’après les résultats du présent cycle, les deux parties n’ont pas éludé des problèmes sensibles et délicats. Elles ont échangé des points de vue sur des thèmes importants touchant aux préoccupations importantes réciproques, en adoptant une attitude pragmatique pour résoudre les problèmes et contradictions.

Et en même temps, les deux parties ont discuté de l’achat des produits agricoles américains. La partie chinoise augmentera le volume de cet achat selon ses demandes intérieures, tandis que la partie américaine devra créer de bonnes conditions favorables à l’achat.

Lors de ce round de négociations, les deux parties ont décidé d’organiser le prochain round des consultations économiques et commerciales de haut niveau aux Etats-Unis en septembre prochain. Et en août, elles vont organiser aussi des consultations de manière intense. Cela prouve que les deux parties souhaitent poursuivre leur dialogue en vue de résoudre les problèmes.

Faisant une rétrospective sur le processus des négociations économiques et commerciales pendant un an, les deux chefs d’Etat ont eu deux entretiens en Argentine et à Osaka, et ont arrêté à temps l’escalade des frictions économiques et commerciales sino-américaines. De Beijing à Washington en passant par Shanghai, les groupes commerciaux des deux parties ont procédé à plusieurs rounds de consultations, qui sont difficiles. C’est pour cela que le retour sur la table de consultations n’est pas facile et il faut continuer à avancer.

On a remarqué que l’actuel cycle des consultations a eu lieu à Shanghai, une célèbre ville historique et culturelle. Il y a 47 ans, le « Communiqué de Shanghai » y a été signé, ce qui a marqué le début de la normalisation des relations sino-américaines. En partant de Shanghai, il faut maintenir cette tendance de dialogue, et la clé réside dans la matérialisation des points communs aboutis lors de la rencontre d’Osaka en s’en tenant à l’égalité et au respect mutuel et en se souciant des préoccupations raisonnables bilatérales. Voilà l’attitude requise pour les deux parties à saisir l’opportunité.

En tant que deuxième économie du monde, la partie chinoise a toujours porté le regard sur l’avenir au cours des négociations sino-américaines. En fin de compte, les deux parties doivent résoudre leurs divergences et frictions par voie de dialogue et les consultations. Mais sur des problèmes majeurs, la partie chinoise ne fera aucune concession. Depuis plus d’un an, le monde extérieur a compris que la partie chinoise peut rester ferme face à la guerre commerciale, et résister à l’usure. Quel que soit le changement de la situation, la Chine se tient à ses propres affaires, en renforçant la réforme, élargissant l’ouverture. La Chine restera toujours un bâtisseur de la paix planétaire, un contributeur au développement dans le monde et un défenseur de l'ordre international.


Partager

Articles les plus lus