Commentaire : Accroître des pressions sur la Chine ne favorise pas les consultations

RCI 2019-07-31 16:23:13
Comment
Share
Share this with Close
Messenger Messenger Pinterest LinkedIn WeChat

Le 12ème cycle de négociations commerciales de haut niveau entre la Chine et les Etats-Unis a débuté le 30 juillet à Shanghai. Juste avant la reprise de ces pourparlers, quelques politiciens américains ont avancé que la Chine était forcée à faire des concessions, à la suite des mesures américaines sur l’augmentation des tarifs douaniers, ce qui permettrait aux Etats-Unis de se développer de manière satisfaisante. Ils accusent également la Chine d’avoir modifié le contenu de l’accord au dernier moment au profit de ses intérêts.

Ces propos vont à l’encontre des consensus parvenus entre les présidents chinois et américain, lors du sommet du G20 à Osaka, en juin dernier, et tentent de mettre davantage de pression sur la Chine, en vue d’arracher un profit plus élevé lors du nouveau cycle de négociations.

Durant les 11 derniers cycles de négociations commerciales sino-américaines, les deux parties ont trouvé des consensus sur la plupart des contenus en vue d’un accord définitif. Mais la partie américaine pratique toujours le même jeu en exerçant des pressions extrêmes au dernier moment, pour exiger des conditions irraisonnables portant atteinte à la souveraineté et à la dignité de la Chine.

C’est la raison pour laquelle les deux parties n’ont toujours pu parvenir à régler leurs divergences. Lors de leur rencontre, en marge du dernier sommet de G20, le président chinois Xi Jinping et son homologue américain Donald Trump ont consenti à reprendre les consultations économiques et commerciales sur la base de l’égalité et du respect mutuel, si bien que le 12ème cycle des négociations puisse se tenir à Shanghai.

Déjà les choses semblent bien évoluer. La Chine a repris ces derniers jours l’importation des sojas américains d’une quantité de plusieurs millions de tonnes, tandis que les Etats-Unis ont annoncé l’exemption des tarifs douaniers supplémentaires à l’égard de 110 produits industriels chinois exportés, et fait savoir aussi qu’ils encourageaient les entreprises américaines à poursuivre leur approvisionnement en provenance des entreprises chinoises. Ce qui illustre la volonté commune des deux parties de matérialiser le consensus parvenu entre les deux chefs d’Etat au sommet d’Osaka.

Alors qu’on s’achemine vers un accord dans l’intérêt des deux Etats, certains politiciens américains continuent d’envenimer la situation avant la reprise du nouveau cycle des négociations. Leur chance de réussir ne pourrait aboutir.

Les négociations commerciales entre la Chine et les Etats-Unis ont été interrompues et relancées à plusieurs reprises durant plus d’un an. Les deux parties sont d’accord pour relancer les négociations. C’est déjà une étape réalisée à l’arrachée. Pour parvenir à un accord égal et mutuellement avantageux, le problème clé réside dans la concrétisation des consensus d’Osaka, et le maintien du principe d’égalité et du respect mutuel. Tel est l’enjeu de ce 12ème cycle des négociations entre les deux pays. Si d’aucuns se contentaient de la même rengaine, leurs agissements saboteraient les relations de coopération bilatérales et feraient perdre toutes chances de réussir.

Partager

Articles les plus lus