L’économie chinoise progresse contre vents et marées

RCI 2019-06-10 21:14:32
Comment
Share
Share this with Close
Messenger Messenger Pinterest LinkedIn WeChat

Selon les statistiques publiées par l’Administration générale des douanes de Chine ce lundi 10 juin, au cours des cinq premiers mois de l’année, le volume global des importations et des exportations chinoises a atteint 12 100 milliards de yuans, soit une augmentation de 4,1% en un an.

Ce qu’il faut souligner, c’est que le commerce extérieur de la Chine présente deux caractéristiques marquantes sur les cinq premiers mois de l’année :

Premièrement, le taux de croissance du commerce général a atteint 6,1% et sa part dans le volume global du commerce extérieur de la Chine a augmenté de 1,1 point de pourcentage par rapport à la même période de l’année précédente. Cela montre que la montée en gamme industrielle de la Chine joue un rôle renforcé et que la compétitivité industrielle de la Chine sur le marché international est davantage renforcée.

Deuxièmement, bien que la valeur globale du commerce sino-américain ait chuté de 9,6% de janvier à mai, représentant 11,7% du commerce extérieur total de la Chine, les échanges commerciaux entre la Chine et les principaux marchés tels que l’UE, l’ASEAN et le Japon ont continué de progresser. Le taux de croissance des échanges commerciaux avec les pays riverains de « la Ceinture et la Route» est supérieur de 4,9 points de pourcentage au taux de croissance global du commerce extérieur de la Chine. Cela signifie que les partenaires commerciaux de la Chine sont de plus en plus diversifiés et que la Chine peut améliorer sans cesse la capacité de son commerce extérieur à résister à la pression en ajustant la structure du marché international.

De la crise financière asiatique de 1997 à la crise financière internationale de 2008, l’économie chinoise a réussi à résister à diverses épreuves et est devenue plus résiliente. La Chine compte un volume économique global supérieur à 90 000 milliards de yuans et possède le plus grand marché de consommation au monde et le système industriel le plus complet au monde. Cette capacité énorme a permis à l’économie chinoise d’avoir assez de marges pour affronter toute épreuve.

Néanmoins, la vitesse et le volume total ne sont plus synonymes de l’économie chinoise, qui est désormais marquée par un développement de haute qualité. À l’heure actuelle, la demande intérieure affiche un taux de contribution annuel moyen à la croissance économique de la Chine supérieur à 100%, en devenant une force décisive du développement économique. La dépendance de l’économie chinoise à l’égard du commerce extérieur est tombée à environ 33% et la structure économique a été optimisée en permanence. En 2018, les dépenses de recherche de l’ensemble de la société chinoise représentaient 2,18% du PIB et le taux de contribution du progrès scientifique et technologique à l’économie s’élevait à 58,5%. La transformation et la montée en gamme de l’économie et le développement par l’innovation ont sans aucun doute donné un nouvel élan à l’économie chinoise pour qu’elle résiste mieux aux épreuves de l’extérieur.

Depuis son accession à l’OMC il y 18 ans, la Chine a créé un grand nombre d’opportunités d’investissement, d’opportunités commerciales et d’emplois pour les autres pays, tout en participant en profondeur à la mondialisation pour parvenir à son propre développement. Après le lancement de l’initiative «la Ceinture et la Route», la Chine a davantage démontré sa détermination, ses capacités et ses actions en faveur d’une coopération mutuellement bénéfique. De 2013 à 2018, le volume du commerce des marchandises entre la Chine et les pays riverains de « la Ceinture et la Route » a dépassé les 6 000 milliards de dollars américains et les entreprises chinoises ont directement investi plus de 90 milliards de dollars américains dans les pays riverains.

L’économie chinoise, qui progresse contre vents et marées, représente toujours le «stabilisateur» de l’économie mondiale. Au fil des ans, la Chine a contribué à hauteur de plus de 30% à la croissance économique mondiale. Selon les prévisions à long terme de l’OCDE, la Chine restera le principal contributeur à la croissance du PIB mondial.

Partager

Articles les plus lus