Commentaire : La Chine est prête pour une réponse globale

RCI 2019-05-13 16:16:18
Comment
Share
Share this with Close
Messenger Messenger Pinterest LinkedIn WeChat

Après avoir fait passer de 10% à 25% les droits de douane sur 200 milliards de dollars américains des importations en provenance de la Chine, les États-Unis ont menacé de nouveau de taxer à hauteur de 25% les autres 325 milliards de dollars des exportations chinoises entrant dans leur territoire, dont la liste sera annoncée prochainement. Pendant ce temps, les travaux du 11e cycle de consultations économiques et commerciales de haut niveau entre la Chine et les États-Unis ont pris fin à Washington. Les deux parties ont convenu de poursuivre les consultations.

Menaçant d’une part de revoir à la hausse les droits de douane sur toutes les exportations chinoises vers les États-Unis et manifestant d’autre part la volonté de poursuivre les négociations, l’Amérique cherche toujours à manier la carotte et le bâton dans la tentative d’exercer une pression extrême sur la partie chinoise afin d’obtenir des prix plus élevés à la table des négociations. Cependant, les États-Unis devraient, avant de nourrir de telles ambitions, analyser minutieusement la déclaration faite par le vice-Premier ministre chinois Liu He aux médias à l’issue du 11e cycle de consultations: La Chine a trois préoccupations fondamentales concernant les consultations économiques et commerciales, à savoir la suppression de tous les droits de douane supplémentaires, la correspondance des achats commerciaux aux réalités et l’amélioration de l’équilibre du texte. Sur ces questions de principe, la Chine ne fera jamais de concessions. Ainsi, quelle que soient des pressions extrêmes exercées par les États-Unis, cela a été inefficace pour la Chine dans le passé, l’est et le sera aussi, maintenant et à l’avenir.

Depuis plus d’un an, les consultations économiques et commerciales sino-américaines ont abouti à des progrès importants, mais ont aussi connu des tours et des détours. La Chine considère que ce sont des vicissitudes normales dans le processus de négociations interétatiques et encourage toujours les consultations avec la plus grande sincérité, car elle le sait bien: personne ne peut sortir vainqueur d’une guerre commerciale. L’imposition des droits de douane supplémentaires n’est à l’avantage ni de la Chine, ni des États-Unis, moins encore du monde entier. La coopération est le seul bon choix pour la Chine et les États-Unis. Cependant, la coopération doit être fondée sur des principes, pas autre chose. Les trois préoccupations principales de la partie chinoise constituent la «ligne rouge» de la Chine sur les consultations économiques et commerciales, que les États-Unis ne seront jamais autorisés à défier ni à franchir.

Si les États-Unis s’obstinaient à imposer des droits de douane, la Chine riposterait résolument. Après plus d’un an de frictions économiques et commerciales, tous les aspects de la Chine ont résisté à l’épreuve. Non seulement sa résistance à la pression est grandement améliorée, mais sa réponse devient aussi de plus en plus mature et ferme.

Forcée de riposter dans une guerre commerciale, la Chine verra sans aucun doute son économie subir la pression découlant d’une augmentation des droits de douane, mais une telle pression est complètement contrôlable.

Du point de vue de la structure économique, le taux de contribution de la consommation à la croissance du PIB chinois a atteint 76,2% et la dépendance à l’égard des exportations est tombée à 17,9%. La demande intérieure est en train de devenir et deviendra un soutien fort à la Chine dans le cadre de sa réponse aux incertitudes de l’environnement externe.

En termes d’échanges commerciaux, au cours des quatre premiers mois de l’année, le volume des échanges commerciaux sino-américains a diminué de 11,2%, dont les exportations vers les États-Unis ont diminué de 4,8% et les importations en provenance des États-Unis de 26,8%. Pendant la même période, l’excédent commercial de la Chine a augmenté de 10,5% face aux États-Unis, ce qui montre que l’augmentation des droits de douane ne résout pas fondamentalement le déséquilibre commercial entre la Chine et les États-Unis et permet uniquement aux consommateurs américains de supporter des coûts plus élevés.

En outre, au cours des quatre premiers mois, la part des échanges avec les États-Unis dans le commerce extérieur total de la Chine est tombée à 11,5%, tandis que les importations et exportations entre la Chine et ses principaux partenaires commerciaux dont l’UE et l’ASEAN ont maintenu une croissance rapide. En particulier, le taux de croissance des échanges commerciaux entre la Chine et les pays situés le long de « la Ceinture et la Route» a atteint 9,1%. Cela signifie que les partenaires commerciaux de la Chine sont de plus en plus diversifiés. Même si les États-Unis imposent des droits de douane supplémentaires sur toutes les exportations chinoises à destination des États-Unis, la Chine peut transférer une partie considérable de son commerce avec les États-Unis à d’autres endroits en adaptant la structure du marché international.

Il n’y a donc rien à craindre de pressions extrêmes exercées par les États-Unis sur la Chine. Au contraire, plus la pression est forte, plus la Chine est ferme. Pour la guerre commerciale, l’attitude de la Chine est toujours claire : elle ne veut pas s’engager dans une guerre commerciale, mais ne la craint pas non plus, et la Chine sera forcée de s’y engager le cas échéant.

Quelle que soit l’évolution de la situation extérieure, le plus important pour la Chine, c’est de bien gérer ses propres affaires, d’approfondir constamment la réforme, d’élargir l’ouverture et de réaliser un développement économique de qualité. Que les États-Unis choisissent de poursuivre les négociations, ou de s’engager dans une guerre commerciale ou encore de prendre d’autres mesures, la Chine, dotée d’une panoplie d’instruments politiques, est prête à y répondre de manière générale.

Partager

Articles les plus lus