La Chine et la « Convention sur la biodiversité »
中国国际广播电台
En 1992, après la Conférence sur l’environnement et le développement de l’ONU, le gouvernement chinois a, comme il s’y était engagé, adopté une attitude positive en la matière, avec le souci de travailler à partir de la réalité de la situation chinoise. Il a ainsi mis en place la stratégie de développement durable de l’économie nationale. Cette stratégie est appliquée dans toutes les politiques économiques du pays. En 1994, le Conseil des Affaires d’Etat a publié le livre blanc sur le « Projet du 21ème siècle : population, environnement et développement au 21ème siècle en Chine ». En 1996, l’Assemblée populaire nationale a approuvé le «Plan du 9ème Quinquennat sur le développement social et de l’économie nationale de la République populaire de Chine et le Programme sur les perspectives de 2010 », qui a clairement déterminé la stratégie du développement durable en Chine.

Le gouvernement chinois estime que l’exploitation durable des ressources naturelles et un bon environnement écologique constituent les conditions préalables à toute stratégie de développement durable. La Chine a donc adopté une série de mesures pour mettre en application cette stratégies. Parmi lesquelles, la protection de la biodiversité, la prévention de la déperdition du sol et des eaux et la désertification, le développement des forêts et l’amélioration de l’environnement écologique urbain et rural, la prévention et le contrôle de la pollution environnementale, la participation active à la protection de l’environnement mondial. Toutes les politiques et mesures prises par les autorités centrales et locales incluent des dispositions sur la protection de la biodiversité.

Dans la transition de l’économie planifiée vers l’économie de marché, le gouvernement chinois s’efforce de promouvoir le développement de l’économie agricole. La forte augmentation de la population et l’exploitation abusive des ressources naturelles ont conduit à une détérioration de l’environnement écologique. La perte du sol et des eaux, la désertification et la grande consommation des ressources biologiques ont tous freiné le développement économique. Le gouvernement chinois accorde une importance à la réforme des politiques agricoles.

Depuis de nombreuses années, la Chine s’est forgé de bonnes expériences en matière de construction écologique. En construisant par exemple des forêts anti-sable, ou encore de grands et moyens ouvrages hydrauliques pour augmenter les réserves d’eau. Des champs labourés ont aussi été transformés en forêts, des actions de reboisement écologique ont été entreprises... Toutes ces mesures ont joué un rôle positif pour la protection de la biodiversité.