La Chine et le « Protocole de Montréal »
中国国际广播电台
Durant ces dix dernières années, la Chine a activement participéaux activités internationales pour la protection de la couche d’ozone. En 1986 et 1987, la Chine a envoyé des délégations à la conférence sur la protection de la couche d’ozone et à celle de la signature du « Protocole ». En 1989, la Chine a adhéré officiellement à la « Convention » et a formulé pour la première fois un projet sur la « création des fonds destinés à protéger la couche d’ozone ». En 1990, la Chine a participé à la modification du « Protocole » avec tous les autres pays signataires. En 1991, la Chine a adhéré au projet de modification de Londres du « Protocole » en créant un bureau de direction sur la protection de la couche d’ozone. Ce bureau est composé de 15 institutions telles que des ministères, des organismes et des entreprises. Ce bureau de direction se charge de la mise en application des missions dans ce domaine. En 1992, la Chine a élaboré le Projet d’Etat d’élimination progressive des activités nuisibles à la couche d’ozone . Début 1993, ce projet a été ratifié par le Conseil des Affaires d’Etat. En 1994, la Chine a ensuite élaboré le  Projet supplémentaire d’élimination progressive des activités du tabac nuisibles à la couche d’ozone.

Jusqu’à présent, 156 projets chinois ont été approuvés par des organismes internationaux. La Chine a reçu pour cela des fonds d’un total de 105 millions de dollars.