La situation de la variété biologique
中国国际广播电台

La Chine est un pays doté d’une des plus fortes variétés biologiques, en terme de nombre d’espèces animales et végétales. On y compte ainsi plus de 30 000 plantes supérieures, quelque 6 347 espèces d’animaux vertébrés, soit respectivement 10% et 14% du total des espèces mondiales. Les systèmes écologiques terrestres sont nombreux en Chine. On en dénombre 599 différents types. Il n’est donc pas exagéré de comparer la Chine à une immense banque naturelle de gènes végétaux et animaux à l’échelle de la planète.

Animaux et plantes en voie de disparition

A cause de la destruction de nombreux écosystèmes où vivent des espèces végétales et animales, et à cause d’un manque de ressources forestières, de nombreuses espèces sont aujourd’hui en voie de disparition. D’après des statistiques, ces espèces animales et végétales en voie de disparition représentent respectivement 15% et 20% de toutes les espèces recensées sur la planète. A ce jour, près de 200 espèces spécifiques ont déjà disparu du territoire chinois, plus de 300 espèces de vertébrés terrestres. On estime en outre à plus de 410 le nombre des végétaux en voie de disparition. C’est le cas par exemple du gibbon et de l’ours noirs de la province du Hainan qui ont brutalement disparu, ou encore de plantes rares dont certains arbres qui sont aujourd’hui fortment menacés. Le nombre d’éléphants et de paons vivant encore dans la nature est dérisoire, tandis que les élans, chevaux sauvages et tigres du Xinjiang sont très fortement menacés.

L’invasion des espèces étrangères

L’invasion des espèces étrangères (espèces non locales) s’acroît par contre brutalement. Ces espèces se répandent partout en nuisent souvent aux environnements locaux, à la santé humaine et parfois au développement économique. Ce phénomène inquiétant qui s’amplifie depuis une vingtaine d’années en Chine s’explique en partie par le grand développement économique en relation avec d’autres pays et des relations internationales de plus en plus fréquentes et intenses. Ces espèces étrangères ont déjà commencé à nuire à la diversité biologique chinoise. Le phénomène est particulièrement grave dans les zones de basse-altitude et les îles tropicales. Le Bureau général de la Protection de l’Environnement   et  l’Académie scientifique ont ainsi décrété, après enquête, que le papillion phalène américain, l’escargot africain, la grenouille-taureau et d’autres espèces étrangères font partie de cette liste noire.