Coopération sino-étrangère dans la recherche
中国国际广播电台
La science est sans frontière. Tout en développant les sciences et les techniques par elle-même, la Chine a attaché beaucoup d’importance à profiter des ressources techniques internationales pour son propre développement scientifique. De ce fait, la Chine a réalisé beaucoup de communications et de coopérations scientifiques avec les autres pays du monde. Elle a largement participé aux activités scientifiques internationales, et envoyé du personnel scientifique à l’étranger pour faire des études ou participer à des recherches. En même temps, pour la recherche fondamentale ou pour le développement des techniques de pointe, les institutions étrangères de recherche scientifique sont invitées par la Chine, entre autre pour encourager les chercheurs chinois travaillant à l’étranger à contribuer au développement scientifique de la patrie. De même, les chercheurs chinois travaillant sur la partie continentale de la Chine ont également participé à d’importants travaux scientifiques internationaux. Les scientifiques chinois ont par exemple participé au projet d’établissement d’une carte du génome humain.

En 2003, la Chine a conclu un traité avec l’UE et a ainsi officiellement rejoint le projet Galileo concernant la construction et le lancement de satellites, la promotion de produits appliqués, et l’élaboration des normes. Elle participe aussi au projet international ITER (le réacteur à fusion nucléaire) et au projet de recherche sur la protéine du foie humain, etc.

D’ailleurs, la Chine a créé des institutions de recherche scientifique en collaboration avec certains pays, telles que l’Institut des techniques d’information et de communication, le Centre des systèmes de transport intelligent sino-espagnol et sino-anglais , etc. La Chine a aussi des instituts installés à l’étranger en coopération comme le Parc technologique du Maryland aux Etats-Unis, ou encore le Parc technologique sino-anglais, etc.