Les Institutions de recherche scientifique de Chine
中国国际广播电台
Les institutions de recherche scientifique de Chine se divisent en 2 catégories : celles qui sont indépendentes, et celles qui sont attachées à une université ou à une entreprise, comme c’est le cas dans d’autres pays. La première catégorie est en général financée par le gouvernement. A l’heure actuelle, on en compte environ 2 mille de ce genre, dont 500 ont une envergure nationale. Quant à la deuxième catégorie, c’est elle qui dénombre le plus d’institutions de recherche scientifique.

Ces institutions sont de nature fondamentale, appliquée ou d’intérêt public. Les institutions de recherche scientifique fondamentale se constituent principalement d’instituts attachés à l’Académie des Sciences de Chine ou à des universités ; les instituts appliquées, jadis affiliées aux secteurs industriels, se sont réorganisées en entreprises de pointe, comme l’Institut de la métallurgie non-ferreuse, l’Institut des Postes et Télécommunications, ou encore l’Institut du Design et d’architecture de Chine, etc. Quant aux institutions de recherche scientifique d’intérêt public, ce sont surtout elles qui apportent les rendements aux milieux agricole et météorologique, comme l’Académie des sciences agricoles de Chine, l’Académie des Sciences sylvicoles de Chine et l’Académie des Sciences météologiques de Chine.

L’Académie des Sciences de Chine est l’institution de recherche la plus grande et la plus renommée. Elle a vu le jour en 1949 et son département mère est à Beijing. Ses recherches couvrent les domaines des sciences naturelles et des techniques de pointe. Elle a également vu l’installation des départements de mathématique, de chimie, biologie, géographie et de sciences et techniques. En outre, elle a vu la création de 11 académies filiales dans les autres régions, sans compter ses 84 instituts regroupant environ 20 mille chercheurs. L’Académie des Sciences de Chine a rassemblé un groupe de grands chercheurs, et ses instituts sont également d’un niveau comparable à celui de ses homologues, dont quelques-uns jouissent d’une grande réputation.