L’architecture de la Dynastie des Ming

中国国际广播电台

Dès la Dynastie des Ming (1368-1644 ap.J.C), la Chine est entrée dans la fin de la société féodale. Le style de l’architecture de cette période est principalement inspiré de celui de la Dynastie des Song et on note aucun changement manifeste. Seuls la conception et les plans de l’architecture se caractérisent par leur côtés imposants.

Les plans de la cité et l’architecture du palais de cette période étaient déjà utilisés par les générations futures. Ainsi, Pékin, la capitale et Nanjing, la plus grande ville antique de la Chine ont profité des plans et de la gestion de la Dynastie des Ming. Les palais des empereurs de la Dynastie des Qing ont également utilisé en les perfectionnant, les techniques appliquées aux palais de la Dynastie des Ming. La capitale, qui était alors Pékin à l’époque a été reconstruite sur les bases originelles. Elle a été divisée en trois parties : la cité extérieure, la cité intérieure et la cité impériale.

Dans la Dynastie des Ming, la construction de la Grande Muraille s’est poursuivie. Les principales parties et les remparts  de la Grande Muraille ont été construits en briques. Le niveau de l’architecture a alors atteint son apogée. La Grande Muraille des Ming prend sa naissance au bord du fleuve Yalu et finit dans la Passe de Jiayuguan dans la province du Gansu. Sa longueur totale est de 5 660 kilomètres. La Passe de Shanhaiguan et la Passe de Jiayuguan sont des chefs-d’oeuvres aux styles particuliers. Tout comme la Grande Muraille de Badaling et la Grande Muraille de Simatai à Pékin.

A cette période, la décoration, les motifs colorés et les ornements de l’architecture bureaucratique se sont petit à petit développés. De nombreuses oeuvres en briques, en pierres, en vernis, en bois dur dans le domaine du décor et de l’ameublement voient le jour.

Dans la Dynastie des Ming, les arrangements des ensembles architecturaux chinois attiegnent une certaine maturité. Le Mausolée de l’Empereur Hong Wu de Nanjing et les Treize Mausolées de Pékin sont de remarquables modèles qui ont réussi à profiter du relief et de l’environnement pour former l’atmosphère solennelle et imposante des tombeaux.

Surtout, c’est durant la Dynastie des Ming que la géomancie a atteint son apogée. C’est un phénomène particulier de la culture ancienne dans l’histoire de l’architecture chinoise et son influence perdure jusqu’à l’époque moderne. En outre, les meubles de style Ming sont mondialement réputés.