中国国际广播电台

La politique du Gouvernement: Respecter et protéger la liberté religieuse. Chaque citoyen a la liberté de croire ou non, de pratiquer ou non une religion, de patiquer telle ou telle autre religion. Protéger les pratiques religieuses normales. Toutes les religions sont égales devant la loi. Il n'y a pas de religion dominante en Chine. Respecter l'indépendance et l'autonomie des affaires religieuses.

La liberté de culte et l’égalité en droit de tous les croyants sont affirmées clairement et concrètement dans la Constitution, le Code pénal, le Code civil, la Loi électorale, la Loi sur le service militaire, la Loi sur la scolarité obligatoire, la Loi sur le travail, la Loi sur l’autonomie des régions peuplées d’ethnies minoritaires, les Dispositions générales sur la Loi civile, etc. Aucun organisme d’État, groupement social ou individu ne peut contraindre un citoyen à pratiquer une religion ou à ne pas la pratiquer, ni exercer une discrimination à l’égard de certains citoyens à cause de leur foi ou de leur absence de foi.

Les citoyens chinois jouissent de la liberté de croyance religieuse enchâssée dans la Constitution et énoncée dans d’autres lois, mais doivent se soumettre aussi aux obligations énoncées dans la Constitution et les lois. Dans la Constitution, il est affirmé que personne ne peut se servir de la religion pour saboter l’ordre public, nuire à la santé des citoyens et entraver le fonctionnement du système d’enseignement de l’État. Le gouvernement chinois punit, conformément à la loi, tous ceux qui, sous le couvert de la religion, enfreignent la loi et commettent des délits, qu’ils soient des fidèles ou non. Les fidèles ayant commis des crimes sont punis selon la loi, comme le seraient d’autres citoyens coupables des mêmes méfaits.