Fu Cong
中国国际广播电台
Fu Cong est né le 10 mars 1934 à Shanghai dans une famille d’intellectuels qui évoluait dans une atmosphère imprégnée d’art et de lettres. Le père de Fu Cong est un célèbre homme de littérature, un théoricien de l’art et un grand traducteur. Depuis sa tendre enfance, à 4 ans, Fu Cong est séduit par la musique. A 7 ans et demi, il a commencé à apprendre le piano auprès du musicien et chef d’orchestre italien Mario Paci. En 1951, il a appris auprès de la pianiste russe, Ada Bronstein.

En 1953, lors de la « Fête de la jeunesse mondiale » en Roumanie, Fu Cong était le seul candidat chinois du concours de piano, et il a remporté le troisième prix. La prélude de Scriabine qu’il a alors interprété a ému jusqu’aux lames les participants soviétiques.

Lors du cinquième concours international de piano en mars 1955, 74 pianistes venus de tous les coins du monde se sont rassemblés à Varsovie, la capitale de Pologne. Fu Cong était le seul candidat chinois, il a aussi obtenu le troisième prix et le prix remarquable de Muzurka. C’est la première fois qu’un pianiste oriental obtenait de tels succès dans le concours de Chopin. Après le concours, Fu Cong est resté en Pologne pendant deux ans pour se perfectionner. En décembre 1958, il a quitté la Pologne pour émigrer à Londres, en Grande-Bretagne.

Dans les années 60 et 70, il a donné pas moins de 2.400 concerts en solo et collaboré avec des musiciens de renom international comme Menuhin, Barenboimn, Chung et Kyung-Wha. Il a enregistré une cinquantaine de disques et a été membre du jury du Concours de piano international Chopin, du concours musical international de la Reine mère Elizabeth, ainsi que de concours musicaux en Norvège, Italie, Suisse, Portugal et dans des pays d’Asie du sud-est. Il s’est rendu partout en Europe, en Amérique, au Moyen-Orient, au Japon en Australie. Il est qualifié par le magazine « Times » de plus grand musicien chinois de notre temps.

En 1976, il a donné un concert au Conservatoire central. Depuis, il est revenu chaque année au pays pour se produire et enseigner. Il s’est rendu à Beijing, Shanghai, Xi’an, Chengdu, Kunming et dans d’autres villes. Accompagné par l’Orchestre symphonique central, il a joué les concertos pour piano de Beethoven et Mozart.

Morceau à écouter :  « Chopin »