Lu Rirong
中国国际广播电台

Né le 1er juin 1933, dans la province du Hubei, Lu Rirong a commencé à l’âge de 17 ans ) apprendre le violon et le violon chinois à deux cordes dans la troupe artistique de Hanzhong. Plus tard, il est entré à l’Institut d’arts du nord-ouest de la Chine pour apprendre la technique de composition et la direction d’orchestre. Il a été admis comme enseignant dans cet institut tout en étant chef d’orchestre de la musique nationale. Il a été vice-recteur de l’Institut d’art dont il est diplômé. Aujourd’hui, il est professeur au Conservatoire de Xi’an, vice-directeur du comité de la musique nationale de l’Association des Musiciens de Chine, vice-président de l’Institut de la musique orchestrale nationale de Chine et président de l’Institut de la musique orchestrale nationale du Shannxi.

Durant sa carrière longue de près de cinquante ans, Lu Rirong a été professeur, interprète, compositeur et chef d’orchestre. Il a composé 150 études et une vingtaine d’oeuvres solo pour le violon chinois à deux cordes et plus de 20 pièces de musique orchestrale nationale. Il a beaucoup contribué à la création de l’école de Qin du violon à deux cordes et à « l’école de musique de Changan ».

Son interprétation se caractérise par une riche expression, un timbre agréable et une culture locale. Lors d’une réunion sur les manuels de violon à deux cordes et de pipa (la guitare chinoise à quatre cordes) en 1960 à Shanghai, il a interprété ses compositions « Air Mihu » et «Xintianyou » imprégnés d’un style du nord-ouest. Le succès a été énorme. Les artistes participant à la réunion ont estimé que ces deux morceaux ont ouvert de nouveaux horizons et de nouvelles dimensions pour l’interprétation et la technique du violon à deux cordes.

Ses orchestrations sont chaleureux, précises. Sous sa baguette, l’orchestre de musique nationale du Conservatoire de Xi’an a interprété une série de chefs-d’oeuvres dont « Célébrations de la fête du Printemps » et « Le caprice du ton des Qin», très bien reçus par ses collègues chinois et étrangers. A la tête de la Troupe de la musique ancienne de Changan, il s’est rendu en France et a enregistré le CD « La musique ancienne de Changan » qui a obtenu un prix d’or de Paris.

Depuis les années 80, Lu Rirong s’est rendu successivement en France, en Belgique, en Suisse, en Allemagne, en Espagne, en Malaisie, au Japon, et à Singapour pour participer a des échanges culturels et éducatifs. Il a ainsi mis en valeur la culture musicale chinoise et fait connaître le violon à deux cordes de l’école des Qin, et la musique ancienne de Changan. Le Conseil des Affaires d’Etat lui a décerné le titre d’«expert national aux contributions remarquables ».

Morceau à écouter : « Air de Meihu»