Yan Liangkun
中国国际广播电台

Yan Liangkun, né à Wuhan en 1923, est vice-président de l’Association des Musiciens chinois, président du Conseil de l’Association des chefs d’orchestre de chorales et chef d’orchestre de l’Orchestre central. Il a commencé sa carrière de chef en 1938 dans le mouvement de chant contre l’invasion japonaise. En 1940, il a dirigé le « Choeur pour le Fleuve Jaune » dans une représentation publique donnée par « la Troupe d’enfants ». En 1942, il a réussi l’examen d’entrée au Conservatoire d’Etat pour étudier la théorie de la composition. Il a perfectionné sa direction d’orchestre sous la baguette du professeur Wu Bochao. Après avoir obtenu son diplôme, il a enseigné la composition et la direction d’orchestre au Conservatoire chinois de Hong Kong.

Après la naissance de la Chine nouvelle, Yan Liangkun a assumé les fonctions de chef d’orchestre de l’Ensemble central de chants et de danses et de professeur du Conservatoire central. En 1954, il est allé en ancienne Union Soviétique pour se perfectionner sur les bancs du Conservatoire de Tchaikovsky en tant qu’étudiant de troisième cycle, sous la direction de Anosov et de Sokolov. Après son retour au pays en 1958, il a été désigné chef d’orchestre de la Chorale centrale. En 1959, à l’occasion du 10ème anniversaire de la fondation de la République, il a dirigé la 9ème Symphonie de Beethoven. Il a été le premier chef d’orchestre de l’Epopée musicale et chorégraphique de l’«Orient rouge » à laquelle ont participé mille chanteurs et chanteuses.

En 1983, il a été décoré d’un insigne de souvenir par le comité de Kodaly de Hongrie. En 1986, la chorale centrale dirigée par Yan Liangkun s’est classée première du deuxième concours de choeur de Beijing.

Sous sa direction, l’Orchestre central s’est rendu en Amérique du Nord, en Asie du sud-est et à Hongkong. Yan Liangkun est l’un de fondateurs de la chorale professionnelle de Chine. Sa technique est caractérisée par la finesse, la grâce et l’expression. Yan Liangkun est un éminent chef de chorale de Chine.

Oeuvre à admirer : « Choeur pour le Fleuve Jaune »