Carillon
中国国际广播电台
Le carillon est un instrument à percussion utilisé dans la Chine antique. Il est composé d’une série de cloches formant une gamme.

Le carillon a une longue histoire. La cloche en cèramique, découverte dans le site de Longshan au Shaanxi, date de la fin du néolithique. De cette cloche émane un son indéterminé. Il faudra attendre l’apparition des cloches en bronze pour que cet instrument puisse produire des sons fixes. Le plus ancien carillon découvert est celui des Shang, daté d’il y a 3 000 ans et déterré en 1953 dans la province du Henan. Ce carillon de trois pièces peut donner trois sons : do, mi, la.

Dans l’antiquité, le carillon était non seulement un instrument de musique important, mais symbolisait aussi le titre, la couche sociale, la richesse et le pouvoir du propriétaire. On en joueait à l’occasion des sacrifices, des banquets et des combats. Cet instrument était souvent accompagné de chants et de danses.

En 1978, on a découvert un carillon dans la grande tombre du souverain du marquisat de Zeng nommé Yi. C’est une découverte tellement importante dans l’histoire de la musique chinoise que l’on appelle cette tombe ‘Salle de concert souterraine’. L’enterrement eut lieu en 433 av J.-C., il y a 2 419 ans. Ce carillon se compose de 65 cloches en bronze y compris un bourdon bo. Toutes ces pièces pèsent 2 500 kg, la plus grosse a 153,4 cm de haut et 2,4 kg. Elles sont suspendues en trois rangs sur des supports de structure en bois et en bronze. De chaque cloche émanent deux sons, et le carillon englobe cinq octaves, et 12 demi-tons. Sa gamme ressemble à celle en C majeur. Parmi les instruments de musique déterré dans le monde entier, celui-ci est conservé dans un parfait état et est doté d’un large registre de 12 demi-tons complets. Au cours d’une exposition à Beijing, on a jouésur cet instrument des musiques anciennes et modernes, chinoises et étrangères. Tout récemment la Troupe de carillon du Hubei a exécuté des morceaux divers avec des reproductions de carillon et d’autres instruments découverts dans la même tombe.

Musique : le malheur du Chu