Konghou
中国国际广播电台

Konghou est un instrument chinois à cordes grattées très ancien. Cet instrument avait une longue histoire. D’après des recherches konghou a une histoire de plus de 2000 années. Il a été joué non seulement par les orchestres du palais impérial mais aussi par les peuples chinois. Pendant la période de dynastie des Tang (618-907), suivant le progrès rapide de la culture et de l’économie, la technique de jouer konghou a atteint un niveau assez avancé. Konghou traditionnel chinois a répandu aux pays voisins comme Japon et Corée pendant la même période. Dans le temple de tongliang au Japon, il y a encore deux restes des konghous de dynastie des Tang. Pourtant, cet instrument très ancien devenait non populaire dans la dernière moitié de 14e siècle, puis il a disparu graduellement. Les gens ne voyaient l’image de cet instrument que dans les peintures murales anciennes et les reliefs anciens.

Pour reparaître cet instrument disparu, à partir des années 50s du dernier siècle, les musiciens chinois et les artisans de l’instrument ont fait beaucoup de progrès sur la recherche de cet instrument. D’après les manuscrits anciens et les dessins dans les peintures murales anciennes, ils ont d’abord essayé de produire des instruments comme konghou, mais à cause des défauts de ces instruments, cet essai n’a propagé pas. Dans les années 80s, un nouvel konghoukonghou de l’oie sauvage a été  fabriqué. Sa structure est assez parfaite, scientifique, avec un son ethnique. Ainsi, cet instrument a utilisé très élargissement dans le pratique musical.

Konghou ont deux catégories : konghou horizontal et konghou vertical. Le nouvel konghou de l’oie sauvage a été fabriqué d’après le modèle base de konghou vertical. Le découpe de konghou de l’oie sauvage est tout à fait étroite avec la harpe occidentale, mais il a encore deux rangs des cordes. Chaque rang a 36 cordes qui sont soutenues par le cordier dans la caisse de résonance. La forme de ce cordier est comme la formation des oies sauvages qui montent ver le ciel. Ainsi, le nouvel konghou s’appelle konghou de l’oie sauvage.

Le timbre de konghou de l’oie sauvage est doux et clair, avec un diapason répandu et mélodie riche. Il peut jouer toutes les musiques folkloriques chinoises et étrangères, surtout la musique de la harpe. Puisque les deux rangs de cordes ont le même timbre, ça égal à deux harpes, il est très commode quand jouant les rythmes rapides et l’harmonique. Les gens peuvent utiliser tous les deux mains pour jouer le rythme et l’accompagnement avec un timbre le plus beau. Les autres instruments de musique ne peuvent pas comparer avec lui. D'ailleurs, konghou de l’oie sauvage a son originalité dans la technique de jouer comme la corde frottée, la corde glissante et le trille.

Musique : Le bambou de Xiangfei