Huobusi
中国国际广播电台

Huobisi est un vieil instrument de musique, aimé profondément par le peuple de la nationalité mongole. Haobisi, Hebisi et Huposi sont des prononciations orales différentes de cet instrument de musique, qui ont tous le même sens de xylophone.  Au première siècleavant J.-C, les gens de la région nord de la Chine ont créé ce nouvel instrument de musique, en imitant des instruments de musique de la nationalité Han, Guzheng et Konghou.

Huobosi traditionnel a une forme de la cuillère, à la longueur des 90 centimètres. Son sommet est sinueux, le manche tout droit. Le coffre de résonance rond est couvert par la peau du boa. Il y a trois ou quatre cordes dans cet instrument de musique. Parce que le porto de Huobusi est long, que le coffre de résonance soit petit et que le coffre soit couvert par la peau du boa, le timbre a une spécialité du pré nord de la Chine. La méthode de jouer le Huobusi est pareille à celle des autres instruments de pincement. Le joueur porte Huobusi en dressant, la main gauche mise sur les cordes, le pouce et l’index de la main droite responsable à pincer les cordes. Le son de Huobusi, convenable à jouer en solo et à jouer à plusieurs instruments, est bine claire, et le timbre de cet instrument doux et délicieux.

Le nom de cet instrument se présentait le plus tôt possible dans un livre historique dont le titre est le chapitre d’instrument de musique rituelle de l’histoire de la dynastie Yuan, écrit dans le treizième siècle et le quatorzième siècle de la Chine. A ce moment-là, Huobusi était un instrument de musique pour des activités nationales de rite, utilisé toujours dans des grands banquets. Et après, cet instrument était entré parmis le peuple. Les gouvernés de la dynastie Ming héritaient beaucoup des uns et des coutumes de la nationalité mongole, mais le Huobusi n’était pas formulé dans la liste des instruments de musique rituelle du pays après la termination du contrôle de la dynastie mongole. Au dix-septième siècle, Huobusi était formulé de nouveau dans la liste des instruments de musique du pays par les gouvernés de la dynastie Qing au fur et à mesure de la mode des coutumes des mongoliens. A ce moment-là, Huobusi était joué dans les grands banquets, et au premier jour et au quinzième jour da la première moi en nouvelle année par les nobles de la dynastie Qing.

Huobusi était disparu après la dynastie Qing à cause des raisons. Depuis le fondement de la République populaire de la Chine, un nouvel Huobusi est créé de nouveau par les musiciens qui ont bien étudié des objets anciens découverts au cours de fouilles de Huobusi. Le nouveau Huobusi a le son haut, le son moyen et le son bas. La forme a des spécialités des Mongoliens, dont le sommet est semble d’un tube de la flèche, gravé un arc. Le coffre de résonance est plus grand de presque deux fois que celui traditionnel.  N’étant pas couvert par la peau des animaux, il était couvert par la planche du paulownia pour augmenter le volume du son de cet instrument. Le nouveau Huobusi tirait profit des avantages des instruments de pincement, donc la voix du xylophone augmentée. Dans le coffre d’instrument, le nombre de pont du son est augmenté pour concentrer des sons d’instrument, donc, le timbre de cet instrument est merveilleux. Pour déployer les avantages de nationalité mongole, le concepteur augmente une vingtaine des touches en os dans l’instrument. Le registre d’instrument est plein de quatre octave.

Musique : Une mélodie mongole, Aser