La cité ancienne de Lijiang
中国国际广播电台

La vieille ville de Lijiang, harmonieusement adaptée à la topographie irrégulière de ce site commercial et stratégique clé, a conservé un paysage urbain historique de grande qualité et éminemment authentique. Son architecture est remarquable par l'association d'éléments de plusieurs cultures réunies durant de nombreux siècles. Lijiang possède également un système d'alimentation en eau extrêmement complexe et ingénieux qui fonctionne toujours efficacement.

Lijiang est une cité ayant une longue histoire. Située à Lijiangba, elle s'étend sur 1,5 km². Sa population est principalement composée de membres de l'ethnie naxi. Avec la rue Sifang comme son centre, la cité a pu conserver son aspect original. Ses travaux de construction ont commencé en 1126, vers la fin de la dynastie des Song, et en 1253, le roi des Mongols, Kubilay Khan, y fit stationner ses troupes lors d'une expédition vers le sud. C'est grâce à son style artistique des temps anciens et à sa disposition scientifique que la cité est devenue célèbre de par le monde. En 1986, l'Etat l'a incluse sur la liste des villes historiques et culturelles du pays.

Lijiang s'adosse à l'ouest à la colline du Lion et au nord à la colline de l'Eléphant et à la colline Jinhong. Les montagnes la protègent du froid venant du nord-ouest. A ses côtés est et sud, s'étendent des champs fertiles qui bénéficient du soleil et du vent tiède et humide de l'Est. Les eaux de sources limpides traversent la cité par trois courants et atteignent chaque famille de la cité. Les rues sont construites de dalles spécifiques de Lijiang. Il y a dans la cité des ponts et des portiques de pierre. Les rues et ruelles sont aménagées selon une disposition bien établie en rayonnant autour de la rue Sifang. Les habitations des citadins sont toutes de structure de bois et d'argile avec une toiture de tuiles. Elles comptent presque toutes une cour et un mur d'écran, et dans la cour sont plantés des fleurs et arbres.

La culture Dongba désigne la culture traditionnelle de l'ethnie naxi. Ce nom provient de la religion Dongba. Regroupant la sorcellerie, la médecine, l'étude, l'art et l'artisanat, la culture Dongba est un développement de la culture des Naxi. La langue Donba compte plus de 1 300 caractères. C'est une écriture pictographique. Avec ces mots, on a écrit plus de 1 400 variétés de soutras Dongba, qui totalisent 20 000 volumes. Le contenu de ces soutras concerne la religion, la philosophie, l'histoire, les coutumes populaires, la littérature et l'art, l'astronomie, la médecine, le calendrier, la géographie, les plantes et animaux, la danse, la peinture et la musique.

 

 

Les fresques de Lijiang ont été réalisées, sous les Ming, par des artistes han, tibétains et naxi. La plupart d'entre elles ont disparu au fil des années, et on ne peut en trouver que dans quatre endroits : le palais Dabaoji, la salle Liuli, le pavillon Dabao et le palais Leihe Dajue, dans lesquels, 55 murs portent des fresques, soit une superficie totale de 139,22 m². La plus grande peinture murale est haute de 2,07 mètres et large de 4,48 mètres, et elle représente 600 personnes.