Les grottes de Yungang
中国国际广播电台


Dans les grottes de Yungang,  les Chinois d'aujourd'hui ont encore une chance d'aller adorer des  statues de Bouddha directement sculptées d'après des empereurs de  cette époque, et datant de plus de 1500 ans. Avec une apparence  similaire mais une stature beaucoup plus grande, ces "Empereurs-  Bouddha" mesurant chacun 13 m de haut, occupent solennellement  les cinq premières grottes de Yungang et remémorent aux visiteurs  le début de l'apogée du bouddhisme en Chine. 

Bien que le bouddhisme ait commencé en Chine durant la  dynastie des Han de l'Ouest environ en l'an 2 avant J.-C., cette  religion n'a obtenu aucune popularité pendant les quatre siècles  qui ont suivi à cause du chaos permanent des guerres et du manque  de soutien de la part des classes dominantes.  

Entre 453 et 523, quelques 40 000 artisans ont pris part à cet  énorme projet en gravant 50 000 statues de Bouddha et creusant 53  grottes dans une falaise s'étendant sur un kilomètre vers le sud  du mont Wuzhou.  

Si l'on compare avec les grottes de Mogao et de Longmen  respectivement dans les provinces du Gansu et du Henan, les  grottes de Yungang représentent l'unique projet accompli durant le  règne d'une dynastie, et, symbolisent la première assimilation en  grande envergure du peuple chinois au bouddhisme.  

D'après les premiers ouvrages découverts à Yungang, les  chercheurs considèrent que les artisans chinois ont dû beaucoup  emprunter aux methodes des sculpteurs occidentaux au debut de la  construction des grottes. Ces techniques de sculpture appelé  Gandhara, viennent en réalité d'artistes hindou qui ont crée un  style combinant la sculpture bouddhiste et la culture grecque;  cette dernière ayant été introduite en Asie par Alexandre le  Grand durant les Croisades vers le IVème siècle avant J.-C.

Après l'entrée en Chine des techniques artistiques du Gandhara  par la Route de la Soie, les artistes chinois chargés des travaux  de sculpture à Yungang associèrent à leur tour ces méthodes avec  la culture chinoise indigène. Plus les sculptures sont récentes  plus elles comportent d'éléments purement chinois. Par exemple, si  l'on pénètre dans les cinq premières grottes ci-dessus mentionnées  l'on se trouvera face aux "Empereurs-Bouddha", il est possible  d'observer une variété de décorations comme des oiseaux dorés  d'influence indienne, des feuilles d'acanthe persienne, des  colonnes grecques ou encore des balustrades chinoises.  

Dans la grotte No 20, le Bouddha géant assis est une bonne  représentation de ce que l'on considère être une oeuvre des débuts  de la construction des grottes, les détails des traits et le style  vestimentaire ressemblent fort à la population vivant dans le nord-  ouest de l'Inde, dans le nord du Pakistan et de l'Afghanistan.  Etant donné que la dynastie des Wei du Nord a été établie par  l'ethnie nomade Xianbei, les premières sculptures à Yungang ont  également fait connaître la culture du nord de la Chine. Sur les  décorations intérieures des grottes, les visiteurs peuvent  remarquer de nombreux animaux et plantes rarement vus dans les  sculptures bouddhistes orthodoxes, telles que des cerfs, tigres,  oiseaux et bouleaux.  

Plus tard, quand les Xianbei ont graduellement élargi leur  territoire vers le sud, la culture Gandhara et leur propre  culture ethnique a petit à petit laissé place à la culture Han.  Ce changement fut alors bien reflété au travers du style  vestimentaire de statues de Bouddha plus récentes. En robe ample  et ceinture lâche, les Bouddhas ne se dénudent alors plus leur  épaule droite. A la place ces derniers portent des jupes plissées  et de grands tissus drapés comme les hauts officiels Han.  En 494 après-J.C. quand la dynastie des Wei du Nord a déplacé  sa capitale de Datong au centre de la culture Han à Luoyang,  seulement un petit nombre de mandarins restèrent pour superviser  les projets de construction. A cause du manque de ressources  humaines et financières, de nombreuses grottes restèrent vides  jusqu'à ce que les artistes de la dynastie des Tang (618-907) les  décorent.  

Depuis cette époque, Datong, foyer culturel bouddhiste il y  a 1 500 ans, a petit à petit sombré dans l'oubli et est devenu un  lieu plus connu pour sa production de houille que pour son  histoire. Cependant en 2001, les grottes de Yungang ont été classé  au patrimoine culturel mondial par les Nations Unies. Ainsi nombre  de chercheurs, d'artistes et d'architectes se sont pressés sur le  mont Wuzhou, à quelque 16 km de Datong afin de redécouvrir cet  endroit particulier.