Les Dieux dans les beaux-arts folkloriques de Chine ( 6)
中国国际广播电台
Avalokitersvara, la Déesse de la Miséricorde est l’un des quatre Grands boudhisattvas du bouddisme. Après son introduction en Chine, il est devenu le Dieu le plus largement répandu dans le pays et qui compte les plus nombreux croyants. Cette croyance s’est d’ailleurs combinée avec la croyance populaire de Chine. Plus tard, pour éviter la même prononciation que celle du nom de l’empereur Li Shimin, empereur de la Dynastie des Tang ( 618-907), on l’appelle le boudhisattva Guanyin.

Dans le bouddhisme, les bouddhas sont toujours vivants et ils n’ont pas de sexe déterminé. Parce que leur sexe peut changer selon ce dont les gens ont besoin. Dans la Dynastie des Tang de Chine, le boudhisattva Guanyin a une apparence féminine. On croit toujours que le boudhisattva Guanyin peut apporter le bonheur et chasser le malheur, et aussi envoyer un garçon aux parents et protéger l’enfant. Par conséquent, il a été vénéré par de nombreuses femmes. Son nom est « le bouddha de grande pitié qui peut sortir les gens des souffrances ».

Le boudhisattva Guanyin sur le dessin ci-dessus est entouré de quatre suites. C’est une impression en xylographie, colorée à la main. Les teintes sont très vivantes.