Les Dieux dans les beaux-arts folkloriques de Chine ( 1)
中国国际广播电台

Dans l’antiquité, les gens ont construit des fossés et des remparts pour  protéger les citoyens de la ville. Mais il leur fallait aussi la protection des dieux. Il y avait donc le « Dieu de la Ville ». Selon les « Mémoires historiques », le « Dieu de la Ville » vient du « Dieu du fossé de rempart et des canaux ». Le temple du « Dieu de la Ville » le plus ancien dans les « Mémoires historiques », est le temple du « Dieu de la Ville de Wuhu », construit en 239, dans l’est de la Chine.

L’empereur Zhu Yuanzhang, créateur de la Dynastie des Ming (1368-1644) a conféré un titre de noblesse au « Dieu de la Ville », et attachait une grande importance à la croyance en ce Dieu. Le Dieu de la ville est le Dieu principal de l’envers. De chaque côté du Dieu de la ville, on trouve souvent des diables comme le juge, les diables à tête de boeuf et à tête de cheval, ou encore des diables changeants, noirs et blancs. Au centre du temple du Dieu de la Ville, siègent souvent deux statues du Dieu de la Terre : l’une le représente toujours assis et l’autre en train de faire des inspections. Ces inspections se déroulent deux fois par an, au printemps et en hiver. La scène, grandiose et très animée, s’entoure de beaucoup de folklore.

L’image ci-dessus représente le Dieu de la Terre avec ses cinq mèches de barbes. Elle est colorée en petites touches très vives.