Papiers découpées
中国国际广播电台
Pendant la Fête du Printemps, on a l’habitude de coller des papiers découpés aux divers motifs sur les fenêtres et les portes, pour ajouter une atmosphère de joie à la plus importante fête traditionnelle de notre pays.

Les papiers découpés ont une longue histoire en Chine. A l’époque des Tang, on écrivait des phrases sur papiers découpés. Plus tard on a mis à jour deux papiers découpés complets avec des motifs géométriques dans des tombeaux datant du 4ème et du 6ème siècles à Turpan dans la région autonome du Xinjiang.

En Chine, il y a beaucoup d’écoles de papiers découpés, et les formes varient naturellement suivant les régions. En général, on peut les distinguer ainsi : dans le Nord-Ouest de la Chine, région relativement enclavée, les papiers découpés sont modestes et rudimentaires au plan artistique ; en revanche dans les régions côtières, les papiers découpés sont d’une extrême finesse, et dans le sud de la province du Guangdong, ils sont souvent très élaborés et magnifiques. Les papiers découpés du Gansu, du Shanxi, du Shaanxi et de la région des Miao se caractérisent par leurs couleurs mystérieuses et primitives. Un grand nombre d’œuvres représentent des oiseaux, des animaux ainsi que des plantes. Dans la culture antique et de celle du totem des tribus de l’empereur Yandi, les moutons étaient le symbole du soleil. L’image du mouton apparaît aussi sur des poteries antiques et des peintures rupestres. Le mouton était synonyme de bonheur dans l’antiquité. Par exemple, « Les moutons rouges de bon augure » est une œuvre qui représente l’esprit et l’attitude positive que les humains adoptent dès les premiers temps de leur civilisation. Ce signe de bon augure représentant la culture antique renaît pourtant aujourd’hui. Faisant référence à une légende dans laquelle un mouton tourne la tête, une herbe à la bouche, légende très présente dans les papiers découpés du nord du Shaanxi, cette œuvre porte les empreintes de la culture populaire et de l’esthétisme. Le tigre est le signe de la longévité, l’arbre, de la vie, les bois de cerf servent quant à eux à s’assurer la longévité. En outre, le lotus et la calebasse représentent le désir d’avoir une descendance. Les oiseaux sont appréciés des hommes à l’heure de la protection de l’environnement. Dans l’antiquité, les oiseaux étaient symboles de l’âme des saints et de l’esprit de l’univers.

Il est à noter que les papiers découpés des minorités nationales, tels que ceux des Miao, révèlent des caractéristiques bien particulières. Ils sont souvent utilisés comme modèle de broderie et leur thème très large est basé sur la civilisation antique et les contes de fées de l’ethnie Miao. On y trouve aussi des similitudes avec les récits mythologiques des Han, d’où leur influence réciproque. Les papiers découpés des Miao offrent des formes pleines, vivantes, parfois même étranges, et nous donnent une impression de mouvement et de mystère.

A l’origine, les papiers découpés étaient du domaine des femmes ; quand les hommes commencent à participer à cet art, les papiers découpés ont changé d’aspect. Ceux du district de Weixian de la province du Hebei sont représentatifs de ce changement. Les deux plus grandes différences que ces papiers découpés ont avec ceux qui les précédent sont la teinture et la ciselure du papier. Cela les rend encore plus attrayants.