Le mariage chinois
中国国际广播电台

La Chine a une histoire aussi longue que son territoire est vaste. La tradition du mariage chinois évolue sans cesse, mais l’ambiance dans laquelle il se déroule reste la même : enthousiaste et réjouissante.

Il y a six étapes lors d’un mariage chinois, on les appelle « les six ordres». D’abord, c’est l’offre du cadeau pour la demande en mariage, et encore un pour les fiançailles, ensuite l’accueil de la mariée...Dans le temps, si un garçon était amoureux d’une fille, il devait d’abord avoir recours à une entremetteuse. Celle-ci devait aller chez la fille pour s’enquérir sur les possibilités d’un éventuel mariage. Bien entendu, l’homme offrait des cadeaux à l’intermédiaire ainsi qu’à la famille de la fille en gage de bonne volonté. L’entremetteuse procède ensuite à l’échange des cartes avec les noms et âges des deux protagonistes. Si d’un point de vue général ils sont d’accord, alors on commence à s’évaluer, une femme de la famille du garçon va chez la fille un jour propice pour plus d’informations, comme sa situation financière, sa moralité, ou encore son apparence...dans quelques familles, on évaluait également le garçon. En outre, dans l’antiquité, les filles ne pouvaient pas voir leur mari à l’avance. Maintenant tout a changé, la majorité des filles vont chez le garçon en se faisant accompagner de leurs parents pour jauger. Par ailleurs dans certaines campagnes aux alentours de Beijing, si la fille déjeune chez le garçon, c’est qu’elle l’aime bien aussi.

Les fiançailles constituent l’ordre le plus important d’un mariage, il a souvent un effet légal. Lors de cette étape, le garçon offre des cadeaux à la fille et sa famille, à Wenzhou dans le sud de la Chine, on porte une paire de bagues, cela signifie « éternel » dans l’écriture pictographique chinoise, c’est donc une prière pour la longévité du mariage. Dans la conception traditionnelle, on ne peut ni faire marche arrière ni se fiancer à quelqu’un d’autre une fois les fiançailles prononcées, ce concept faisait office de loi. Ensuite, après une série de procédures, c’est le moment le plus complexe, et le plus animé----le mariage.

Le jour « j », la mariée se pare d’un costume rouge pour les réjouissances, cependant aujourd’hui elle peut mettre une robe blanche si ça lui chante. Quand la mariée quitte sa famille pour celle de son mari, elle marche en pleurant pour exprimer sa nostalgie. Au moment où elle arrive chez le garçon, la cérémonie du mariage peut commencer. Dans certaines régions, la mariée doit sauter par-dessus un pot enflammé afin de brûler les mauvais augures et ainsi parvenir à une vie heureuse. Les cérémonies s’enchainent les unes après les autres quand la mariée entre soudain dans la chambre. D’abord ils se mettent à genoux devant le ciel et la terre, les parents, et eux-même. Puis les époux boivent du vin en croisant le bras de l’autre. Enfin dans la chambre nuptiale, les jeunes mariés se coupent des cheveux qu’ils conserveront comme un témoignage de leur amour.

La cérémonie du mariage est la plus animée d’entre toutes, on l’appelle aussi « l’heureuse  cérémonie», ou encore « boire le vin heureux ». On accorde une grande importance au faste du banquet. Au cours de celui-ci, la mariée doit verser du vin et servir la nourriture elle-même aux hôtes pour les remercier de leur venue. La chambre des jeunes mariés est également nommée « la chambre heureuse » (« dongfang » en chinois). La dernière étape du mariage consiste à « troubler la chambre nuptiale », souvent ce sont les jeunes encore célibataires qui trouvent des moyens plus ou moins « tirés par les cheveux » pour amuser les jeunes mariés, en les embarrassant par des plaisanteries, en les taquinant, en leurs faisant jouer de petits spectacles ... afin d’ajouter plus de gaîté à la cérémonie et de la rendre encore plus impressionante.